Voyage  Evasion  Découverte 

                                                                                                                                                   By Steph

BLOG POUR LES AMOUREUX DES VOYAGES

Voyage Evasion Decouverte
Facebook

        ——————————————————————————————————————————————————————————————————————————

AFRIQUE DU SUD

















Terre d’aventure et de rencontres…


Un voyage en Afrique du Sud est un périple hors du commun. C’est un des plus beaux pays d’Afrique noire. Réputé pour la magnificence de ses paysages, l’Afrique du Sud émerveille ses visiteurs de par ses couleurs, ses senteurs, son peuple, ses paysages, ses chants, ses animaux sauvages et par bien d'autres choses encore...

Entre plages paradisiaques peuplées de pingouins, parcs nationaux et réserves naturelles gigantesques, zones montagneuses aux possibilités de randonnée quasiment illimitées et rencontres humaines touchantes, ce pays possède un relief d’une infinie variété et des paysages d’une remarquable beauté. Un voyage dans ce grand pays d'Afrique tient toujours ses promesses. 

C’est un mélange de culture ancestrale et moderne, de grandes villes à l’américaine et de petits villages zoulous hors du temps. Ce n'est pas l'Afrique telle qu'on la connaît, c'est une Afrique nouvelle, où un homme et tout un peuple ont fait le choix de la tolérance et du pardon...


Il a été, pendant plus de 40 ans, un pays à la politique mouvementée avec l’apparition de l’apartheid en 1948 et qui a été aboli en 1991.  

Qui aurait pensé que l’Afrique du Sud parviendrait à chasser ses vieux démons et retrouverait la voie de la paix civile et de la respectabilité ?

En 1994, les Sud-Africains participèrent aux premières élections démocratiques jamais organisées dans leur pays. Après 27 années de détention, le prisonnier politique le plus célèbre du monde, Nelson Mandela, devenait le chef d’État le plus admiré de la planète. La “nation Arc-en-Ciel“ connaissait alors un véritable état de grâce.

L’Afrique du Sud opta pour la réconciliation. La philosophie humaniste de quelques hommes, doublée d’un grand pragmatisme, parvint à mettre sur pied, dans la paix, un des plus spectaculaires retournements politiques que l’histoire ait connus. Elle est ainsi devenue une nation démocratique et multiraciale. L'Afrique du Sud réunifiée présente un nouveau visage, celui d'une démocratie multiraciale. Elle se bat depuis pour résorber les inégalités, la pauvreté, le chômage et terrasser la criminalité. Elle vit maintenant de plain-pied dans la démocratie...


Un road trip est un moyen idéal pour visiter ce magnifique pays. On y trouve toutes les infrastructures qu’il faut ; d’excellentes routes, de bons hôtels et Lodges, un large choix de restaurants, des transports en commun et des services de communication aisés : même dans les régions les moins touristiques, on trouve toujours un hébergement confortable et une nourriture correcte. Le tout se découvre sous un 

climat toujours tempéré.

Un bémol : l'Afrique du Sud est réputée peu sûre. Toutefois, il est relativement facile d'éviter les 

problèmes et de se sentir en sécurité en respectant les précautions d'usage.


Ce n’était pas mon premier voyage en Afrique du Sud. J’étais venu visiter, avec mes parents, ce pays 

en 1989 pendant un mois. Nous avions fait un road trip de 15 jours et un stop également de 15 jours 

chez des amis anglais près de Cap Town. Nous étions en plein apartheid… Mais nous n’avions eu 

aucun problème pour traverser le pays en voiture. À l’époque nous avions eu besoin d’un visa. 

Revenant d’Argentine où j’avais passé 4 mois, j’ai fait un stop à Paris pour faire une demande de 

visa volant directement à l’ambassade d’Afrique du Sud. J’avais dû remplir un dossier pour expliquer 

pourquoi je voulais un visa volant (sur papier) et non un visa normal (sur passeport). 

À cette époque, pas si lointaine, il était mal vu pour quelques gouvernements de partir dans certains pays “peu fréquentables“. 

Sur la liste, il y avait Israël (plusieurs pays musulmans pouvaient vous refuser l’entrée dans leur pays si, sur votre passeport se trouvait un visa israélien). Et bien sûrs l’Afrique du Sud avec leur politique d’apartheid qui était condamnée, à juste titre, dans beaucoup de pays. Avec un visa d’Afrique du Sud sur mon passeport, j’aurai été lourdement pénalisé pour continuer à voyager. J’ai alors expliqué, qu’étant un voyage dans l’âme, je ne me mêlais jamais de la politique des pays que je visitais. (Sinon, je ne voyagerai plus beaucoup…) Et donc je ne voulais pas être sanctionné dans mes futures destinations.   

En 1989, j’avais tellement aimé parcourir ce pays que je m’étais dit qu’il fallait absolument que je revienne un jour. Et 25 ans après, jour pour jour en fin octobre 2014, je suis revenu faire un road trip de 15 jours avec 2 amis.  


Nous sommes arrivés à Johannesburg mais nous n’y sommes pas restés. Je l’avais déjà visité lors de ma première venue et elle a toujours eu la réputation d’être dangereuse. À l’époque nous avions croisé un couple de français en sang qui venait d’être agressé. Ça nous a mis tout de suite dans l’ambiance ! Nous avions pris un hôtel en dehors de Johannesburg et comme nous n’étions pas rentrés avant la nuit, l’hôtel avait déjà contacté la police pour signaler notre disparition. Nous avons eu droit à des remontrances très justifiées… 

Il n'est franchement pas indispensable de la visiter mais je sais que depuis quelques années des visites du quartier de Soweto sont organisées. 


Nous avons préféré louer une voiture à l’aéroport et partir directement à Pretoria. 


Johannesburg : Jo'burg 


Appelée aussi Jo’burg, c’est une métropole fondée en 1886 dans la région du Transvaal. Avec son agglomération, elle est la troisième ville la plus peuplée d'Afrique. Située sur le gisement aurifère du Witwatersrand, Johannesbourg est considérée comme la capitale économique du pays. Ayant été fondée sur des terres particulièrement arides à la suite de la découverte d'un gisement d'or, elle n'est traversée par aucun cours d'eau naturel, et ne dispose d’aucune source d'eau potable à proximité. Cette particularité a contraint le gouvernement sud-africain à concevoir un système complexe d’acheminement de l'eau potable, provenant du Lesotho, jusqu'au cœur de la métropole. 


Johannesburg n'est pas à proprement parler une ville touristique. Elle incarne

pourtant la complexité de l'Afrique du Sud, dans ce qu'elle a de meilleur comme 

l'intégration d'une partie de la communauté noire et dans ce qu'elle a de pire 

comme les bidonvilles “townships“, la criminalité galopante. La ville est inévitable, 

ne serait-ce que pour son aéroport international, point de passage obligé pour tous 

les visiteurs arrivant dans le pays.


Avec le taux de criminalité le plus élevé au monde, elle est considérée comme la ville de tous les dangers. Pour ne pas avoir de mauvaises surprises, laissez vos bijoux et autres accessoires clinquants au placard. Déplacez-vous exclusivement en groupe, même pour aller aux toilettes. Sachez par ailleurs qui est déconseillé de klaxonner, essayez plutôt de garder votre sang froid, et si vous êtes perdus, ne demandez pas votre chemin au premier venu, roulez jusqu'à la première station-service. Enfin, ne vous laissez pas trahir par votre langage corporel, ne montrez 

pas que vous êtes effrayé ou égaré.


Quartier de Soweto

Le township de Soweto est probablement le plus fort symbole pour la lutte contre l'Apartheid. Comme tous les bidonvilles en Afrique du Sud, il reflète le visage le plus miséreux et emblématique du pays. Il est récemment devenu un passage incontournable pour en apprendre plus sur la lutte anti-apartheid. Il a été construit en périphérie de Johannesburg afin de 

forcer les populations noires à se regrouper loin des populations blanches. Du temps de 

l’apartheid, il ne possédait ni eau courante, ni électricité et la plupart des habitants 

travaillaient dans les mines. Mais depuis quelques années, le quartier a totalement changé 

de direction pour devenir un site historique et touristique à part entière.

Différentes activités vous seront proposées lors de votre visite : 

Le Nelson Mandela Museum, la découverte de la bière artisanale, la visite des petites rues 

et ruelles du quartier où des traces du passé sont encore très visibles aujourd'hui et surtout la                            Quartier de Soweto

rencontre des habitants très heureux de vous raconter leur histoire et la vie de leur quartier. 


Le temps que je m’adapte au volant à droite et à la conduite à gauche, nous sommes enfin sortis de l’aéroport avec notre voiture de location. Direction Pretoria, à une cinquantaine de kilomètres de l’aéroport. 


Pretoria : La ville des jacarandas 


Située à 1 370 m d'altitude et traversée par la rivière Apies, Pretoria est une ville où la nature, 

l'histoire et la politique ont toutes une place primordiale. Capitale administrative de 

l’Afrique du Sud, elle se trouve dans les plaines Nord-Est du pays et est surnommée la 

“ville des jacarandas“ en référence aux milliers d'arbres de cette espèce qui y fleurissent au 

printemps austral et donnent une teinte mauve à la ville.


Le mieux pour visiter la ville est de se garer dans le centre et de se balader dans ses quartiers pour découvrir le patrimoine architectural de Pretoria. Church Square, c’est le point de départ pour une visite à pieds, accompagnée d’animation de rue. Vous découvrirez l’Union Building, construit en 1910, de style néoclassique, qui abrite le gouvernement et Melrose House, une des plus belles demeures d’Afrique du Sud. Elle se visite. 


Nous étions descendus au Guest House Birdwood Boutique Estate. Située dans le quartier 

calme des ambassades, cette jolie maison offre un service parfait. Elle possède un restaurant, 

une piscine extérieure, un bar et un jardin. La décoration est de style ancien, nous avions 

l’impression de remonter le temps. L’accueil est vraiment chaleureux, nous avons adoré. 


Le lendemain matin, nous avons pris la direction de Nord-Est pour la ville de Graskop. Nous avions 4h de route pour y arriver. Il faut franchir le Mauchberg par Long Tom Pass, un col, jadis emprunté par les convois de ravitaillement, pour gagner la petite ville de Sabie. Superbe route appelée Panorama Road de Sabie à Graskop. Les paysages sont grandioses et les cascades innombrables.                               


Graskop : Colline herbeuse


Situé à environ 1 400 mètres d'altitude, ce village de la province du Mpumalanga fut établi dans les années 1880 comme camp pour 

chercheurs d'or, mais est désormais essentiellement active pour l'exploitation forestière, l'agriculture et le tourisme. 








Il est aussi idéalement situé sur la route panoramique permettant d'atteindre plusieurs sites touristiques de l’Est de la province qui font partie intégrante de la Réserve Naturelle de Blyde River Canyon. 


Mac-Mac Falls :

 

Entre Sabie et Graskop dans le Highveld, vous pourrez faire une halte aux Mac-Mac Falls, une chute 

majestueuse plongeant de 56 m de haut dans des gorges bordées de fougères et de forêts. Selon de débit 

de la rivière, il peut y avoir deux chutes d’eau côte à côte. Le nom “ Mac Mac “ est lié au bataillon de 

chercheurs d'or écossais qui vinrent dans la région. 


Ouvert tous les jours de 8h à 17h - Prix d’entrée : 10 rands —> 0,60€



Nous avons passé la nuit à Graskop dans le Graskop Hotel

De style année 70, il est bien situé au centre du village. Les espaces communs sont vastes et 

vraiment joliment décorés de style colonial African. Les chambres sont confortables et bien 

emménagées et le petit déjeuner propose plusieurs choix. Le prix, pour la nuit, était très 

correct. 


Nous avons pris la route panoramique pour aller voir The Pinnacle Rock. Il se trouve à seulement 7mn du village. 


The Pinnacle Rock : Sommet de pierre


C’est une roche de quartz en forme de tour qui s’élève à une hauteur de 30 mètres. Entourée de végétations luxuriantes, elle domine les Gorges de Driekop. La vue est superbe et il y a une petite balade à faire pour aller de l’autre côté de la gorge et voir une très belle cascade. 

















Ouvert tous les jours de 8h à 17h - Prix d’entrée : 17 rands —> 0,95€


God’s Window : Fenêtre de Dieu


C’est un point d'observation qui surplombe le pittoresque Lowveld d'Afrique du Sud, une vaste région subtropicale parsemée de cascades, 

de falaises et de forêts. Le point de vue est magnifique, vous arriverez sur la petite plate-forme construite au bord de l'escarpement, à environ 700 mètres au-dessus de la vallée. Par temps clair, le panorama s'étend jusqu'aux monts Lebombo, à la frontière du Mozambique. Il est possible de faire une petite marche, la Rain Forest qui dure environ 20 mn, très sympa et récompensée par un joli panorama. Sur le parking, vous pourrez apercevoir des singes grivets, pas très farouches qui sautent de branche en branche. 

















Ouvert tous les jours de 8h à 17h - Prix d’entrée : 17 rands —> 0,95€


Nous avons fait un arrêt sur la route pour admirer les Lisbon Falls et les Berlin Falls. 


Lisbon Falls : Les chutes de Lisbonne


Les chutes de Lisbonne sont des chutes du ruisseau Lisbonne, un affluent de la rive droite de la rivière 

Blyde. Mesurant 94 mètres de haut, elles sont les plus hautes chutes d'eau de la province de Mpumalanga. 


Ouvert tous les jours de 8h à 17h - Prix d’entrée : 10 rands —> 0,60€


Berlin Falls : Les chutes de Berlin


Cette cascade prend sa source sur un grand plateau puis chute depuis le centre d'une falaise abrupte qui mesure environ 80 m de haut. 

La forme des chutes est assimilée à une bougie géante. Un canal étroit et naturel au sommet des chutes 

crée la “mèche“' de la bougie, et lorsque l'eau tombe à partir de ce point, elle se déploie pour créer le reste 

de la bougie avant de se vider dans une grande piscine naturelle. Elles doivent leur nom à des mineurs qui 

se sont aventurés en Afrique du Sud depuis l'Europe 

pendant la ruée vers l'or, et ont nommé chaque cascade 

de la région d'après leurs villes d'origine ou leurs pays 

d'origine. 



Ouvert tous les jours de 8h à 17h - Prix d’entrée : 10 rands —> 0,60€


Un peu plus loin sur la route se trouvent le petit canyon Bourke’s Luck Potholes. 


Bourke's Luck Potholes : Les nids de poule du géant Bourke, le chanceux


Ce site a été baptisé du nom d'un chercheur d'or nommée Tom Bourke qui, selon la légende, aurait eu la chance d'y trouver une grosse pépite d'or. Ces marmites de géant se situent au confluent de deux rivières, la Blyde et de la Treur. La Blyde, la rivière principale, est une rivière relativement importante et puissante. En amont du confluent, elle coule au fond d'une gorge de plusieurs centaines de mètres de longueur aux parois verticales d'environ 20 mètres de hauteur. Elle a creusé ces gorges en érodant durant des milliers d’années le substrat rocheux de grès. C'est seulement sur ces 100 derniers mètres avant son confluent que la Treur s'enfonce dans une gorge étroite. C'est le long de ces cents derniers mètres, et en particulier juste avant le confluent avec la Blyde que se trouvent les plus belles des marmites de géant. Ce site est très bien aménagé avec des sentiers et des ponts qui permettent de s'y promener en toute facilité et tranquillité. 

















Le site est superbe. Ces surprenantes formations rocheuses en forme de trouées donnent aux lieux une atmosphère vraiment unique. 


Ouvert tous les jours de 7h à 17h - Prix d’entrée : 63 rands —> 3,50€


Nous avons repris la voiture pour aller jusqu’au Blyde River Canyon. Nous avions environ 140 km pour y arriver. 


Blyde River Canyon : Canyon de la rivière de joie


Composé principalement de grès rouge, le Blyde River Canyon forme la partie Nord de l'escarpement des montagnes de Drakensberg. Troisième plus grand canyon du monde selon l'office du tourisme, réputé deuxième plus grand canyon d'Afrique, après le Fish River Canyon en Namibie, le Blyde River Canyon est la quatrième attraction touristique du pays. Ce canyon est impressionnant, il fait 26 kilomètres de longueur et 750 mètres en moyenne de profondeur. Il est traversé par la rivière Blyde. 

La vue la plus célèbre du canyon est celle donnant sur les Trois Rondavels, qui rappellent des huttes africaines (hutte : rondavel en afrikaans). 

















Ouvert tous les jours de 7h à 17h30 - Entrée gratuite


Après ce superbe spectacle, nous sommes repartis en direction du Parc National Krüger pour entrer par la porte Ouest du parc, 

Phalaborwa.  Nous avions réservé avant de partir de France au Letaba Rest Camp pour y passer notre première nuit. L’avantage est qu’il se trouve au centre du parc. Cela nous a permis le lendemain de visiter la partie Nord du parc et de redescendre plus au Sud pour passer notre deuxième nuit dans le parc au Lower Sabie Rest Camp


Krüger National Park :                                                                                                             Étape coup de cœur 

————————————————————

Petits conseils pour profiter au mieux de votre séjour dans le parc :  

1°) Le parc Krüger est le site le plus visité de l’Afrique du Sud. Il vaut mieux réserver vos nuits dans les Lodges, bien à l’avance. 

2°) En réservant votre séjour vous pouvez payer l’entrée du parc pour chaque journée restée. 

3°) C’est mieux de réserver chaque nuit dans des Lodges différents lors de votre séjours pour ne rien manquer et ne pas perdre de temps. 

4°) Le parc est tellement grand, qu’il faut minimum y rester deux jours pour en voir un maximum. 

5°) Renseignez-vous des horaires des portes du parc. Les horaires peuvent varier entre 17h30 et 18h30 selon les mois. L’heure c’est l’heure et     

       elles ne resteront pas ouvertes une minute de plus pour vous. Donc arrivez un peu en avance au cas où ! 

6°) Idem pour les camps ou les Lodges. Demandez bien lors de la réservation leurs horaires d’ouverture et de fermeture. Normalement ce 

      sont les mêmes horaires de fermeture que les portes du parc. N’oubliez pas que les animaux sont en libertés dans le parc. C’est vous, la 

      nuit qui êtes enfermés dans les camps. Toute personne ne respectant pas les horaires s’expose à une amende.

7°) Il a des cartes détaillées du parc, dans différentes langues, en vente au niveau des portes d’entrée du parc. Ce sont des cartes avec la liste, en 

      images, de tous les animaux visibles. 

8°) Ne vous déplacez pas la nuit dans le camp sans avoir une lampe torche. Au cas où vous rencontriez une grosse bébête. 

9°) Il y a des impalas et des phacochères qui ont élu domicile dans certains camps. Ils se laissent facilement approcher mais n’oubliez pas 

       qu’ils restent sauvages. On ne sait jamais leurs réactions. Ils peuvent vous charger sans préavis s’ils se sentent en danger. Ne pas leurs 

       donner à manger non plus. 

10°) Toujours fermer les fenêtres et la porte de votre chambre que vous soyez dedans ou dehors. Les singes peuvent escalader les clôtures qui 

       entourent les camps. Ils s’introduisent dans les chambres ou les tentes et pillent et saccagent tout sur leur passage.  

11°) N’oubliez pas de réserver le soir un panier pique-nique pour le lendemain. Cela vous évitera d’être obligé de revenir sur un camp pour 

      déjeuner. C’est quand même plus sympa de grignoter, même dans sa voiture, au milieu d’animaux sauvages. 

12°) Ne jamais sortir de la voiture, lorsque vous êtes en train de sillonner les routes du parc. Il y a des lions qui adoreraient ça, mais il vaut 

       mieux éviter…

13°) Dans le parc Kruger, les visiteurs se baladent avec leur propre véhicule. Mais des sorties accompagnées sont organisées par les principaux 

        camps.

14°) Vitesse autorisée : 30 km/h sur les sentiers ; 50 km/h sur les routes.

15°) En fonction de la saison, renseignez-vous sur la présence de moustiques. Attention : La malaria/paludisme est une maladie encore 

        présente à l’intérieur du Parc Kruger. 


Ouvert tous les jours de 7h à 17h30 ou 18h30 - Prix d’entrée : 424 rands —> 24€ par jour et par personne

————————————————————

Voilà, vous êtes prêt pour l’aventure et à partir en safari photo dans le magnifique Parc Krüger. 


Le Parc national Kruger est la plus grande réserve animalière d'Afrique du Sud, il couvre près de 20 000 km². D’une longueur de 350 km du Nord au Sud et d’une largeur de 60 km d’Est en Ouest, sa taille est comparable à celle d'Israël ou à celle du Pays de Galles.

Le parc porte le nom de Paul Kruger (1825-1904), homme d’État boer et président de la République Sud-africaine du Transvaal, qui fut à l'origine de la création de la Sabie Game Reserve à partir de laquelle fut constitué le parc national en 1926. 

Il est dans la courte liste des parcs ayant les “Big Five”. Les cinq grands animaux les plus recherchés par les chasseurs et aujourd'hui par les touristes ; le lion, l’éléphants, le léopard, le rhinocéros et le buffle. 

 
















Pour notre première journée, nous remontons vers le Nord du parc jusqu’à Shingwedzi Rest Camp et Punda Maria Rest Camp. Dès que nous le pouvons, nous quittons l’asphalte de la route principale pour les sentiers poussiéreux à la quête du moindre animal. Nos premiers animaux ont été des girafes, un éléphant, des dindons et beaucoup d’impalas. Un vrai régal, notre safari commençait bien ! 



 














J’avais mon appareil photo sur les genoux munis d’un zoom puissant 28-300mm à l’affut du moindre mouvement dans les buissons. Pour notre premier jour ce fut un vrai défilé comme si tous les animaux de la savane nous avaient donné rendez-vous au bord des routes. Bon, c’est vrai qu’il faut être rapide pour prendre les photos parce qu’ils ne restent pas très longtemps figés devant vous… 

Il faut avoir la gâchette rapide !  

Après une journée bien remplie, nous sommes redescendus plus au Sud vers le Lower Sabie Rest Camp où nous avions réservé une nuit. 

Sur un chemin, l’impensable arriva… Je sens que j’ai du mal à diriger la voiture. Je m’arrête sur le bas-côté, nous descendons de la voiture même si nous n’avons pas le droit et nous constatons que le pneu arrière droit avait crevé… Il ne manquait plus que ça. 

Mes deux acolytes surveillaient les alentours pendant que je changeais la roue. Nous avions laissé les portes de la voiture ouvertes au cas où nous aurions dû rentrer à l’intérieur pour nous protéger. Tout s’est bien passé, nous n’avons pas été dévoré ! 

Heureusement pour nous, il y avait un petit garage au Lower Sabie Rest Camp et en trois coups de cuillère à pot, ils ont réparé le pneu. Nous avions pris un énorme clou dans le pneu. 

Le lendemain matin, nous sommes tombés nez à nez avec un vieux phacochère qui se tenait devant nos bungalows. Pas très farouche, il broutait les quelques herbes qu’il trouvait à quelques pas de nous. Il était tellement moche que nous n’avions vraiment pas envie de lui faire des patouilles et vu ses deux défenses, nous ne nous sommes pas trop approchés de lui. 

 









Nous voilà partis à la découverte du Sud du parc. Nous sommes partis relativement tôt pour pouvoir vraiment parcourir toutes les 

routes et chemins qui se trouvent dans ce secteur. Notre but était de sortir du parc par la porte Crocodile Bridge tout au Sud pour continuer notre route vers le Swaziland. 

Dans le parc vous pouvez aussi admirer de majestueux baobabs qui se trouvent au bord des routes. Impressionnant par leur taille et leur longévité.  Il est parfois appelé l’arbre bouteille. Les éléphants sont de grands amateurs, pour les fruits qu’ils y trouvent, riche en vitamine C. Lors de forte sécheresse, ils savent aussi qu’ils peuvent trouver une grosse quantité d’eau dans son tronc. 









Avec son allure caractéristique, il est généralement très massif et peut atteindre 25 m de haut et plus de 20 m de circonférence, son diamètre atteint 5 à 7 m. Il présente au sommet du tronc une couronne de branches irrégulières et dépourvues de feuilles pendant la majeure partie de la saison sèche, ce qui peut représenter une longue période dans les zones où la saison des pluies est courte. C’est une des explications à son appellation “l’arbre à l’envers“, car avec ses rameaux nus, il paraît avoir été retourné avec ses racines au sommet. 


Lever tôt en ce matin du 1er novembre, nous sommes partis à la découverte du Sud du parc. Nous avons encore une fois pu admirer avec joie de nombreux animaux du parc. Les appareils photos crépitaient à tout va avec cette abondance de vie et de surprises à chaque tournant et derrière chaque bosquet.   


 















Nous sommes sortis vers 11h du parc, comme prévu, par la porte Crocodile Bridge. Puis direction la ville de Saint-Lucie en traversant le Swaziland. Nous avions à faire environ 400 km pour y arriver. Nous avions décidé de ne pas nous arrêter au Swaziland et de le traverser d’un trait. Je sais ce n’est pas bien !!!  Mais nous étions deux à l’avoir déjà visité des années plus tôt et pour notre troisième acolyte, cela lui était égal, alors…

———————————————————

La vie ne tient vraiment qu’à un fil : À environ 12 km après la sortie du parc, nous sommes arrivés à un grand carrefour. La route se divisait en trois voies. Une à gauche et une à droite en route goudronnée et une face à moi en route de terre battue. Dans la logique, je devais aller tout droit mais cette route en terre me dérangeait. Avec hésitation, je suis parti sur la gauche en me disant que je devais, dès que je pouvais, m’arrêter sur le bas-côté de la route pour mieux contrôler mon itinéraire. J’avais bien sûr regardé sur ma droite pour vérifier qu’aucun véhicule n’arrivait. Seul un camion qui était assez loin arrivait dans ma direction. J’étais tellement dans mes pensées que mon erreur a était de ne pas accélérer franchement. Je n’avais pas, non plus, bien évalué la vitesse du véhicule qui arrivait sur ce croisement beaucoup trop vite. Tout d’un coup nous avons entendu un bruit assourdissant derrière nous. Un énorme semi-remorque, qui arrivait comme un fou, transportant des grosses bobines de câbles électriques de plus de deux mètres de diamètres essayait désespérément de nous éviter. Tout en freinant, il donna un coup de volant sur la droite, traversa le trottoir qui séparait les voies pour atterrir sur l’autre sens de circulation. Heureusement qu’aucun véhicule n’arrivait en face… En montant à grande vitesse sur ce trottoir, le camion et sa remorque se souleva en perdant quelques bobines sur la route. Je donnais des coups de volant pour éviter de percuter ces impressionnants rouleaux de bois qui s’écrasaient autour de nous. Le camion s’est arrêté quelques mètres plus loin. J’ai stoppé mon véhicule au bord de la route et nous sommes descendus tous les trois l’air hagard en tremblant comme des feuilles. Nous sommes allés à la rencontre du chauffeur qui sortait de la cabine de son camion. Nous avons échangé quelques mots pour savoir s’il allait bien et si nous devions faire quelque chose pour l’aider. Il était comme nous encore sous le choc. Il nous a dit que c’était bon, qu’il se débrouillerait et que nous pouvions partir. 

Ce n’était pas notre heure !!! Ce jour-là, nous avons eu beaucoup de chance. 

———————————————————


Une heure de route après, nous sommes arrivés au poste de frontière de Mananga. Petit arrêt de trente minutes pour passer la douane (Pas besoin de visa).

À savoir : Les 13 postes frontières du pays ne sont pas ouverts 24h/24. Les horaires d’ouverture sont en général compris entre 7h et 18h.

Donc que ce soit pour entrer dans le pays ou surtout en sortir, il faut vraiment faire attention aux horaires, sinon, vous resterez bloqué. Sachant que l’heure, c’est l’heure et qu’il peut y avoir la queue en fin de journée. Prévoyez de la marge.  


Swaziland : Appelé Royaume d’Eswatini depuis 2018


Ce petit royaume de dictature paisible, qui vient de retrouver en 2018, son nom d’avant la colonisation, Eswatini, est souvent comparé à une Suisse noire pour ses paysages d’une grande sérénité, alternant montagnes et vallées verdoyantes. 

Le 18 août 2004, le roi Mswati III annonça que le pays allait changer de constitution. 

Les organisations de défense des droits de l'homme et les groupes d'opposition 

dénoncèrent le projet proposé de constitution, puisqu'elle continuait à interdire les 

partis politiques et renforçait les pouvoirs du roi. En dépit des résistances des groupes 

d'opposition, la nouvelle constitution du Swaziland fut ratifiée par le roi le 26 juillet 

2005 et est entrée en vigueur le 8 février 2006. Le pays demeure une monarchie 

absolue. Les partis politiques ne sont perçus que comme des associations et la Cour suprême ne peut juger d'affaires pouvant impliquer la monarchie. Selon Reporters sans frontières, le Swaziland est un des pays les plus liberticides en matière d’information. Il y est particulièrement risqué de diffuser toute information négative sur le gouvernement.

Ce mini pays, qui n’a pas d’accès à la mer, offre une grande variété de paysages : Plaines fertiles, collines ondulantes 

couvertes de forêts, rivières et cascades, montagnes (les monts Lebombo), et des savanes d'altitude. 


En fin d’après-midi, nous sommes arrivés dans la petite ville de Saint-Lucie en Afrique du Sud. 


Saint-Lucie


Cette petite ville est principalement la porte d’entrée pour le parc des zones humides du Grand St Lucia. C’est un village très tranquille dans la province du KwaZulu-Natal, qui se trouve au bord de l’océan Indien. Son organisation résidentielle lui donne des airs de joli village de vacances, hyper tranquille. Santa Lucie a bien des merveilles à offrir. Les hippopotames errent souvent dans les rues la nuit, et ont une légère tendance à investir les piscines des hôtels. Donc attention, ce sont des animaux agressifs qui peuvent être vraiment dangereux surtout s’il y a des petits. La région de St Lucia est une merveille naturelle classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1999. 


Le lendemain, pour nous donner un avant-goût de la beauté de la région, nous avons commencé la vaste plage. Il y a plusieurs sentiers qui vous emmènent sur la plage. Tout le long, des panneaux vous expliquent de faire attention car vous pouvez faire des rencontres avec des crocodiles et des hippopotames. Il est aussi interdit de se baigner pour éviter de nourrir les requins. Puis nous avons fait une croisière sur l’estuaire, c’est incontournable. Cela vous donne une belle opportunité de voir dans le parc une grande variété d’animaux. Il abrite quand même environ 1 200 crocodiles du Nil et près de 800 hippopotames, sans compter de nombreuses espèces d’oiseaux. 

















Nous avons séjourné à Santa Lucia Guest House pour 2 nuits.


Très bel endroit, calme et bien situé dans le centre-ville. L’accueil est chaleureux et nos hôtes font tout

pour rendre votre séjour agréable. Les chambres sont spacieuses avec des lits très confortable. 

Le petit déjeuner est très complet et excellent. 


Le lendemain, nous sommes partis en direction Port Elizabeth avec un arrêt à Port St Johns pour la nuit. 


Conseil : Nous aurions dû nous arrêter à Durban, laisser la voiture et prendre un avion pour Port Elizabeth. Il y a 1h30 de vol et cela coute environ entre 35€ et 50€ selon la saison par personne. Il y a aussi un forfait abandon de véhicule de 1 280 rands —> 68€. Donc franchement cela ne vaut pas le coup de s’en priver. Pourquoi je n’y ai pas pensé ? 

La route entre St Lucia et Port St Jones (600 km) est sympa car elle longe l’Océan Indien mais l’autre moitié du trajet n’a aucun intérêt

(577 km). On a presque gaspillé deux jours… Dommage !!!


Nous avons passé la nuit à Port Elizabeth au Margate Place Guest House.


Port Elizabeth


Située sur la côte Sud au bord de l’océan Indien est s'étirant sur près de 16 kilomètres le long de l’Algoa Bay, elle est particulièrement appréciée des surfeurs. Surnommée “friendly city“ en anglais, ce qui signifie 

“ville amicale“ pour son accueil chaleureux. Malheureusement les touristes étrangers 

se rendent peu à Port Elizabeth et ne connaissent généralement que son aéroport

La ville pâtit notamment de la réputation d'insécurité qui caractérise son centre-ville 

depuis plusieurs années.

La ville possède un centre-ville historique comprenant de nombreux édifices Art 

nouveau, un opéra caractéristique du style victorien ainsi que de nouveaux quartiers rassemblant attractions touristiques et restaurants. 

La baie d’Algoa, formée par l’océan Indien, offre de vastes étendues de sables où il fait bon se prélasser, ce qui explique pourquoi tant de sud-africains y viennent en vacances pour quelques jours. Les plages de Port Elizabeth comme celles de King’s Beach et Humewood Beach font 

néanmoins de cette ville un lieu de villégiature réputé. L’environnement est idéal pour s’essayer au surf, mais faites attention au vent, et aux requins.


La route des jardins


La Garden Route commence ou finit, selon d’où on part, à Port Elizabeth et va jusqu’au Cap Town en longeant une bonne partie de la côte Sud du pays. Elle regroupe beaucoup de points d’intérêts, et est devenue au fil des années l’une des destinations les plus visitées par les touristes. Elle s’étant sur 750 km avec sa plus belle partie entre Mossel Bay et Plettenberg Bay. Ce qui fait son succès, ce sont ses paysages et sa diversité. 


Plettenberg Bay


Surnommée Plet, cette station balnéaire est située sur la Garden Route à 210 km à l’Ouest de Port Elizabeth dans la province du Cap. 








                                                          Embouchure de la Keurboom's River                                                                      Péninsule de Plettenberg


Construite sur une colline, la plupart des habitations offrent une vue magnifique sur l’océan et la montagne environnante. Pour celles et ceux qui aiment le farniente et la plage, vous trouverez 15 km de plage de sable. Pour les autres qui souhaitent partir à la rencontre de la vie sauvage, se trouve à 15km de là, la ville de Crags où se trouvent de nombreux sanctuaires où les visiteurs ont la possibilité de s’approcher au plus près d’animaux comme l’éléphant, le guépard, le léopard et d’autre encore et cela en toute sécurité.


Robberg Nature Reserve


Située à la sortie de Plettenberg Bay, c’est un lieu idéal de randonnée. Cette péninsule est une réserve naturelle et maritime ainsi qu'un monument national. Longue de 9 km, elle s’avance dans l’océan Indien telle une admirable figure de proue plantée au-dessus des flots.

Cette magnifique réserve entre mer turquoise, dunes de sable beige et montagne recouverte de petits arbustes, vous offrira d’incroyables balades entre pontons aménagés à flanc de colline, escaliers de bois rocambolesques et rochers glissants dans un paysage à couper le souffle. 

Trois circuits balisés sont proposés : A : 2 km, B : 5 km et C : 10 km. Les 2 circuits les plus courts sont plus simples et les vues sont toutes très belles. Pour le dernier comptez au moins 4h de marche intensive. Le parcours est compliqué, ça monte, 

ça descend et ça grimpe, limite dangereux. C'est sportif mais l'effort en vaut la peine et les vues sont 

spectaculaires. 

Je conseille le sentier B (2h) qui mène à un surplomb de la pointe Nord, d’où on peut observer les phoques du 

Cap, une colonie présente en permanence. 
















La côte rocheuse et escarpée est magnifique et de toute beauté ; côte en furie, falaises déchiquetées et plages battues par les flots, c’est un endroit idéal pour un pique-nique. Vous croiserez de nombreux lézards multicolores. 


Horaires d’ouverture : 7h à 20h (du 1er octobre au 30 avril) et de 8h à 18h (du 1er mai au 30 septembre). 


Après cette belle balade, nous sommes allés jusqu’à la ville de Swellendam pour y passer la nuit. 


Le lendemain, nous avons pris la route en direction du Sud vers le Cap des Aiguilles. 


Cape Agulhas


C’est le point le plus méridional du continent africain. C’est ici que se termine l’Afrique ! 

Il est aussi le point de repère officiel pour marquer le passage de l'océan Atlantique à l'océan Indien. L'origine du mot Agulhas est portugaise.  Découvert en 1488 par l'explorateur portugais Bartolomeu Dias, le cap fut dénommé ainsi quelques années plus tard, en 1500, en raison de l'observation faite par les navigateurs portugais de la coïncidence dans cette région entre le Nord magnétique et le Nord géographique. Une autre théorie raconte que les marins lui auraient donné ce nom pour ses nombreux rochers et récifs. La rencontre de courants océaniques différents conduisant souvent à de hautes vagues, ce qui est le cas pour les alentours du Cap des Aiguilles, les écueils en sont rendus d'autant plus dangereux. 

La zone autour du Cap des Aiguilles fait partie du Cape Agulhas National Park, le plus méridional et le plus récent des Parcs Nationaux de l’Afrique du Sud. Il couvre une superficie de 16.804 hectares et comprend une région riche en attraits naturels et culturels. Il y existe une biodiversité importante.

Beaucoup moins connu et visité que le Cap de Bonne Espérance, il est pourtant magnifiquement sauvage, et nous rappelle notre belle Bretagne. 
















Il y a le phare historique de Cape Agulhas, qui est opérationnel depuis 1849. Il s’agit du deuxième phare le plus ancien de l’Afrique du Sud. À l’intérieur, il y a un musée : Le Cape Agulhas Lighthouse Museum, où on raconte l’histoire du développement des phares en Afrique du Sud.


En repartant, nous sommes allés jusqu’au petit village d’Arniston qui se trouve à une quarantaine de kilomètres du Cap des Aiguilles.


Arniston

Ce joli village de pêcheurs, caractérisé par ses maisons blanchies à la chaux et au toit de chaume, est reste intact et a été déclaré monument national dans son intégralité. Encore maintenant, les pêcheurs partent toujours en mer dans des bateaux du style de l’époque qui aurait été familier aux habitants au début du XIXe siècle. L'observation des baleines est ici une activité touristique populaire.

Le nom d’Arniston vient de l'une des nombreuses épaves de navires échouées sur ce littoral déchiqueté. L'Arniston a coulé ici en 1815 après avoir essuyé une forte tempête dont les vents violents avaient détruit toutes ses voiles. Le navire qui était chargé de soldats blessés, était parti de Ceylan pour l’Angleterre via Cape Town. Incontrôlable, le capitaine décida de couper ses trois ancres et de faire échouer le bateau. Il s'est brisé sur les rochers acérés de l'Arniston Reef et seuls 6 des 378 passagers ont survécu pour raconter la catastrophe. C’est l'un des pires naufrages de l'histoire de l'Afrique du Sud.









Direction Cap Town à 210 km d’Arniston. 


Arrivée à Cap Town, nous sommes directement allés à notre hôtel pour déposer nos bagages. 


Cape Town :                                                                                                                                Ville coup de cœur


La ville du Cap, fondée en 1652, est considérée comme la cité-mère d'Afrique du Sud. Ville la plus australe du continent africain, elle est établie sur les rives de la baie de la Table et est surmontée par la montagne de la Table coiffée de deux pics nommés Lion's Head et Devil's Peak. La ville a été baptisée en référence au Cap de Bonne-Espérance, découvert par le Royaume du Portugal, situé à plus de 47 kilomètres au Sud de son centre historique. 

C’est une ville où il fait bon vivre. On tombe facilement sous son charme, difficile de résister à la combinaison mer, soleil, montagne et belle ville cosmopolite. Ici le soleil prédomine, sous un climat méditerranéen les paysages sont superbes. On s’y sent très vite comme à la maison, les pingouins et les singes en plus…  C’est le mélange de religions, de cultures, de traditions et de langues qui fait la magie de cette ville. 








Il y a pas mal de sites à voir. 


Victoria & Alfred Watefront

C’est le quartier le plus touristique de la ville. Il abrite un port de plaisance, avec des magasins, un grand centre commercial, une grande roue, des restaurants et des bars branchés. L’ambiance tourne à plein régime que ce soit en journée ou en soirée. Il y a aussi des départs en bateau pour aller visiter l’île de Robben Island où Nelson Mandela a été emprisonné plus de 20 ans. 










Quartier Malais - Bo-Kaap

Bo-Kaap est aujourd'hui l'un des quartiers les plus pittoresques de la métropole du Cap en raison de la persistance de nombreuses ruelles pavées, de maisons peintes de couleurs pastel et de mosquées dont l'architecture rappelle celle de l'Asie du Sud-Est. Le musée de Bo-Kaap est aménagé dans une maison de style Cape Dutch datant de 1760 et dont l'une des particularités est d'avoir conservé son Voorstoep, une terrasse située à l'avant de la maison.
















Sea Point & Green Point

Ce sont deux quartiers huppés juxtaposés qui longent l’océan connus pour leurs belles plages de sable. Agréable pour flâner sur le front de mer qui s’étend sur 7 km. On y trouve des restaurants, des bars et des boutiques d’artisanats africains. 








Le Jardin Botanique de Kirstenbosch

Ce superbe jardin botanique est situé dans la partie la plus aisée de la banlieue de la ville du Cap en Afrique du Sud. Ce jardin botanique est l'un des plus renommés au monde grâce à ses collections et sa situation exceptionnelle. Ce jardin, fondé en 1913, est situé sur le flanc oriental de la montagne de la Table et occupe une superficie de 528 hectares. 

Ce magnifique parc se divise en une vingtaine de zones cultivées dont, Le Protea Garden qui propose une 

grande collection de protées, ces plantes typiques des fynbos qu’elles embellissent par leur floraison 

spectaculaire. Ne pas louper la Protée royale, la fleur nationale de l’Afrique du Sud. C’est une plante 

exceptionnelle et délicate, probablement la plus spectaculaire de toutes les Protéacées. Imaginez un arbuste 

de 1 à 2 mètres de haut avec d’énormes fleurs d’artichaut aux couleurs variables atteignant jusqu’à 30 cm 

de diamètre. 
















Ouvert tous les jours de 9h à 18h - Prix d’entrée : 75 rands —> 4,10€ 


Lion’s Head

C’est un pic rocheux surplombant la ville du Cap. Cette formation géologique haute de 669 mètres doit son nom à sa forme caractéristique qui évoqua une tête de lion aux premiers colons néerlandais. Il faut vraiment de l’imagination pour reconnaître son profil de Tête de Lion. Au sommet, la vue est superbe : Table Mountain dans le dos, on domine le centre-ville d’un côté, Camps Bay de l’autre, l’océan entre les deux. C’est une randonnée très populaire parmi les locaux mais la partie la plus ardue est d’arrivée sur le sommet, à 669 m. Gare au vertige et aux jeunes enfants, les deux itinéraires sont difficiles. D’un côté, un passage en escalade à l'aide d'une chaîne de fer pour les sportifs, de l’autre, un passage par des gros cailloux au bord de la falaise. Lion's Head est aujourd'hui un point de repère majeur dans le paysage urbain du Cap et est intégré au parc national de la montagne de la Table. 

















Table Mountain

C’est un massif qui surplombe la ville du Cap. Il fait partie des sept nouvelles merveilles de la nature. Son nom provient de sa forme qui, de loin, semble aussi plate que le dessus d’une table. Lorsque les nuages s’y accrochent, on dit que la “ nappe “ est mise. Elle culmine à 1 086 mètres d'altitude et sa superficie au sommet est d’environ 3 km²

C’est l’attraction touristique la plus importante de la ville. Pour y monter, vous pouvez y aller à pied ou emprunter un téléphérique, dont la construction débuta en 1926. Son inauguration eut lieu en 1929. Et en 1997, il a été rénové, et peut transporter 65 passagers à la fois, au lieu de 25 par le passé. Les nouvelles nacelles sont plus rapides et tournent sur elles-mêmes, nous offrant une vue panoramique à 360° de la ville du Cap. Pour ma part, je n’ai jamais eu de chance. Pendant les deux séjours que j’ai fait à Cape Town, je n’ai jamais réussi à monter en téléférique. À chaque fois, il y avait trop de vent et le téléférique était fermé. Je n’ai pas eu le courage de monter à pied. 


Petits conseils : Si vous voyez que le temps est dégagé, n’attendez pas, montez-y ! Parce que la météo à Cape Town est très changeante : il peut faire très beau le matin et très nuageux l’après-midi ou encore le vent peut se lever et le téléférique sera arrêté. Adieu alors la vue exceptionnelle sur le Cap.

Pour les aventuriers qui veulent coûte que coûte monter sur la table.  il y a l’ascension à pied ! 

L’accès au sommet de la Montagne de la Table est accessible par plusieurs sentiers. 

1°) Platteklip Gorge

Assez facile, il n’y a aucun passage dangereux, il faut compter 1h30 pour les plus rapides à 3h pour les plus lents. La randonnée offre de superbes panoramas.

2°) Skeleton Gorge

C’est un sentier moins fréquenté. Le plus est qu’il démarre au Jardin botanique de Kirstenbosch, vous en profiterez pour le visiter. La randonnée est longue, il faut compter de 3h30 à 4h pour atteindre le sommet.

3°) India Fenster

Randonnée d’environ 2h30, nettement plus sportive, parcours difficile et escarpé, certains endroits sont à escalader avec des échelles. La vue panoramique sur Cape Town, Camps Bay et les environs est magnifique. 

Important : N’oubliez pas de vérifier, avant de monter à pied, la météo et aussi si le téléférique est ouvert sinon vous serez obligés de redescendre à pied…

À son sommet, vous trouverez 3 différentes boucles de parcours de diverses longueurs, qui passent par tous les belvédères, il est interdit de quitter les sentiers balisés pour la sauvegarde des plantes. On y trouve aussi un restaurant et des échoppes de souvenirs.

















Ouvert tous les jours de mai à août (de 08h30 à 17h00 - dernière descente 18h) de septembre à avril (de 8h à 19h30 - dernière descente 20h30) Prix du téléférique aller/retour : 380 rands —> 20,80€ 


Pendant tout notre séjour dans la ville de Cape Town, nous avons séjourné au Grand Daddy Boutique Hotel

Il se situe en plein centre de la ville. L’accueil est parfait, le service est extra et l’ambiance qui y règne est 

vraiment sympa. Il y a la possibilité de garer sa voiture dans un grand parking situé à un pâté de maisons de 

l’hôtel. 


Sur le toit, se trouve quelques caravanes des années 60, tout en aluminium, qui sont transformées en 

chambre. Ainsi qu’un bar avec une très bonne ambiance en fin d’après-midi à l’heure de l’apéro. 



Les lieux incontournables dans les environs de Cape Town :  


Impossible, lors de votre voyage dans la région du cap, de ne pas aller jusqu’au Cap de Bonne-Espérance. Cette péninsule recèle de vraies merveilles de la nature. 

Pour s’y rendre, le mieux est de passer par la route M6 qui vous emmènera jusqu’au village de Hout Bay puis longera la côte Ouest et vous fera emprunter la remarquable route de corniche Chapman’s Peak Drive. 


Hout Bay

C’est un petit village de pêcheurs situé au fond d'une baie, à 15 km au sud de la ville du Cap. Il est bordé d'une très jolie plage de sable blanc au Sud, à l’Ouest par un gros promontoire rocheux qu'on appelle sentinel, et à l’Est par des collines où l'on cultive entre autres de la vigne. Chapman's Peak, montagne également très connue se trouve à 6 km au Sud. 

Un circuit touristique est proposé pour une promenade en bateau et une visite à Duiker Island, l'île des céphalophes, qui abrite de nombreuses otaries du Cap et des oiseaux. 
















Chapman’s Peak Drive

Cette route panoramique en corniche longe la façade atlantique de la montagne entre Hout 

Bay et Noordhoek. Cette route, classé monument national, fut creusée entre 1915 et 1922, année 

de son inauguration par le gouverneur général d'Afrique du Sud. Issu de la volonté de 

Sir Frederic de Waal, Administrateur de la province du Cap, de développer le tourisme à la 

pointe Sud de l'Afrique, elle est alors considérée à l'époque comme un exploit majeur 

d'ingénierie. Traversant différentes strates de granite et de grès sur 9 km de long, la route de 

Chapman's Peak, et ses 114 virages, offre notamment des points de vue spectaculaires sur Hout 

Bay, le pic de la sentinelle et Chapman's Bay. Le tronçon est payant, mais ça vaut vraiment le spectacle. (47 rands —> 2,60€)


La route traverse les terres puis passe du côté Est de la péninsule et arrive sur la route M4. Vous arrivez à Simon’s Town. 


Simon’s Town

Cette ville est située à 36 km au Sud-Est de la ville du Cap. Traversée par la route M4, elle est la dernière ville de False Bay avant l'entrée du parc national du Cap de Bonne Espérance. Elle est également un petit port de commerce et de villégiature ainsi qu'une station balnéaire et touristique. La ville présente de nombreuses maisons victoriennes ou de monuments coloniaux comme la maison de l'amirauté (1814) et la chapelle Wesleyan (1828), l'hôpital de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (1764) ainsi que des musées dont le musée naval d'Afrique du Sud. Le clou du spectacle est la plage de Boulders Beach qui accueille depuis 1985 une colonie sauvage de manchots du Cap. 

















Continuez sur la route M4 en direction du Sud et vous atteindrez l’entrée du parc du Cap de Bonne-Espérance. 


Cap de Bonne-Espérance


C’est un promontoire rocheux sur la côte atlantique, à l'extrémité de la péninsule du Cap qui se termine à Cape Point, à 2 km du cap de Bonne-Espérance proprement dit. C'est une réserve naturelle parcourue de sentiers côtiers avec des vues à couper le souffle. La péninsule est devenue réserve naturelle en 1938 et a été incorporée dans le Cape Peninsula National Park en 1998. En 2004 le parc a été renommé en Table Mountain National Park. Il s'étend sur 7 770 hectares et possède 40 km de côtes entre Schuster's Bay à l’Ouest et Smitswinkel à l’Est. Le plateau se termine par deux promontoires : le Cap de Bonne-Espérance et Cape Point. Le Cap de Bonne-Espérance n'est pas le point le plus au Sud de l'Afrique ni le point de division entre les océans Atlantique et Indien, comme le croient beaucoup de gens, ces caractéristiques revenant au Cap des Aiguilles.

On peut y observer des autruches, des springboks, des élans et, avec un peu de chance, des zèbres du Cap. Autre grande attraction animale : les babouins. Pas très farouches, ils montent sans vergogne sur les capots ou les toits des voitures. 

Attention : Très chapardeurs, ils s’intéresseront à vos affaires, n’oubliez pas de fermer les vitres de votre voiture. 

La réserve du Cap de Bonne-Espérance est également réputée pour sa flore exceptionnelle.

















Après ces 4 derniers jours passés à Cape Town et ses alentours, nos vacances se sont terminées. Nous sommes rentrés en France. 



                                                                                                                                                        Destination coup de cœur



Conclusion : Voyager en Afrique du Sud, c’est une occasion de découvrir des trésors naturels incomparables. Le dépaysement y est total. Vous traverserez des paysages superbes et très différents au fur et à mesure que vous parcourrez ce beau pays. Vous baignerez dans une atmosphère prenante et magique entre océan et montagnes. Même si nous avons eu quelques petits soucis lors de notre voyage, avec notre crevaison dans le Parc Krüger, une pintade éclatée sur notre pare-brise sur la route en direction de Durban, un gnou, sortant de nulle part, qui a sauté au-dessus de notre voiture pour nous éviter, un semi-remorque qui nous a fait voir la mort de très près et des singes qui se sont pattus sur le toit de notre voiture au Cap de Bonne-Espérance, nous sommes tombés une deuxième fois sous le charme de l'Afrique du Sud.  C’est ce qu’on appelle l’Aventure… non ? 

N’hésitez pas, c’est vraiment un voyage d’exception qui vous laissera des souvenirs exceptionnels. 


Carte de notre périple














——————————————————————————————————————————————————————————————————————————





















Appelée aussi Jo’burg, c’est une métropole fondée en 1886 dans la région du Transvaal. Avec son agglomération, elle est la troisième ville la plus peuplée d'Afrique.
Le township de Soweto est probablement le plus fort symbole pour la lutte contre l'Apartheid. Comme tous les bidonvilles en Afrique du Sud, il reflète le visage le plus miséreux et emblématique du pays.
Elle est surnommée la  “ville des jacarandas“ en référence aux milliers d'arbres de cette espèce qui y fleurissent au  printemps austral et donnent une teinte mauve à la ville.
Nous étions descendus au Guest House Birdwood Boutique Estate. Située dans le quartier  calme des ambassades, cette jolie maison offre un service parfait. Elle possède un restaurant,  une piscine extérieure, un bar et un jardin. La décoration est de style ancien , nous avions  l’impression de remonter le temps. L’accueil est vraiment chaleureux.
Situé à environ 1 400 mètres d'altitude, ce village de la province du Mpumalanga fut établi dans les années 1880 comme camp pour chercheurs d'or, mais est désormais essentiellement active pour l'exploitation forestière, l'agriculture et le tourisme.
Situé à environ 1 400 mètres d'altitude, ce village de la province du Mpumalanga fut établi dans les années 1880 comme camp pour chercheurs d'or, mais est désormais essentiellement active pour l'exploitation forestière, l'agriculture et le tourisme.
Situé à environ 1 400 mètres d'altitude, ce village de la province du Mpumalanga fut établi dans les années 1880 comme camp pour chercheurs d'or, mais est désormais essentiellement active pour l'exploitation forestière, l'agriculture et le tourisme.
Entre Sabie et Graskop dans le Highveld, vous pourrez faire une halte aux Mac Mac Falls, une chute  majestueuse plongeant de 56 m de haut dans des gorges bordées de fougères et de forêts.
Les chutes de Lisbonne sont des chutes du ruisseau Lisbonne, un affluent de la rive droite de la rivière  Blyde. Mesurant 94 mètres de haut, elle sont les plus hautes chutes d'eau de la province de Mpumalanga.
Cette cascade prend sa source sur un grand plateau puis chute depuis le centre d'une falaise abrupte qui mesure environ 80 m de haut.  La forme des chutes est assimilée à une bougie géante.
Le Parc national Kruger est la plus grande réserve animalière d'Afrique du Sud, il couvre près de 20 000 km².
Le lendemain matin, nous sommes tombés nez à nez avec un vieux phacochère qui tenait devant nos bungalows. Pas très farouche, il broutait l’herbe à quelques pas de nous.
Le lendemain matin, nous sommes tombés nez à nez avec un vieux phacochère qui tenait devant nos bungalows. Pas très farouche, il broutait l’herbe à quelques pas de nous.
Dans le parc vous pouvez aussi admirer de majestueux baobabs qui se trouvent au bord des routes. Impressionnant par leur taille et leur longévité.
Dans le parc vous pouvez aussi admirer de majestueux baobabs qui se trouvent au bord des routes. Impressionnant par leur taille et leur longévité.
Ce petit royaume de dictature paisible, qui vient de retrouver en 2018, son nom d’avant la colonisation, Eswatini, est souvent comparé à une Suisse noire pour ses paysages d’une grande sérénité, alternant montagnes et vallées verdoyantes.
Située sur la côte Sud au bord de l’océan Indien est sétirant sur près de 16 kilomètres le long de l’Algoa Bay, elle est particulièrement appréciée des surfeurs.
Surnommée Plet, cette station balnéaire est située sur la Garden Route à 210 km à l’Ouest de Port Elizabeth dans la province du Cap.
Surnommée Plet, cette station balnéaire est située sur la Garden Route à 210 km à l’Ouest de Port Elizabeth dans la province du Cap.
Surnommée Plet, cette station balnéaire est située sur la Garden Route à 210 km à l’Ouest de Port Elizabeth dans la province du Cap.
Située à la sortie de Plettenberg Bay, c’est un lieu idéal de randonnée. Cette péninsule est une réserve naturelle et maritime ainsi qu'un monument national.
Ce joli village de pêcheurs, caractérisé par ses maisons blanchies à la chaux et au toit de chaume, est reste intact et a été déclaré monument national dans son intégralité. Encore maintenant, les pêcheurs partent toujours en mer dans des bateaux du style de l’époque qui aurait été familier aux habitants au début du XIXe siècle.
Ce joli village de pêcheurs, caractérisé par ses maisons blanchies à la chaux et au toit de chaume, est reste intact et a été déclaré monument national dans son intégralité. Encore maintenant, les pêcheurs partent toujours en mer dans des bateaux du style de l’époque qui aurait été familier aux habitants au début du XIXe siècle.
Ce joli village de pêcheurs, caractérisé par ses maisons blanchies à la chaux et au toit de chaume, est reste intact et a été déclaré monument national dans son intégralité. Encore maintenant, les pêcheurs partent toujours en mer dans des bateaux du style de l’époque qui aurait été familier aux habitants au début du XIXe siècle.
C’est le quartier le plus touristique de la ville. Il abrite un port de plaisance, avec des magasins, un grand centre commercial, une grande roue, des restaurants et des bars branchés. L’ambiance tourne à plein régime que ce soit en journée ou en soirée.
C’est le quartier le plus touristique de la ville. Il abrite un port de plaisance, avec des magasins, un grand centre commercial, une grande roue, des restaurants et des bars branchés. L’ambiance tourne à plein régime que ce soit en journée ou en soirée.
Ce sont deux quartiers huppés juxtaposés qui longent l’océan connus pour leurs belles plages de sable. Agréable pour flâner sur le front de mer qui s’étend sur 7 km. On y trouve des restaurants, des bars et des boutiques d’artisanats africains.
Le Jardin Botanique de Kirstenbosch : Ce magnifique parc se divise en une vingtaine de zones cultivées dont, Le Protea Garden qui propose une grande collection de protées.
Pendant tout notre séjour dans la ville de Cape Town, nous avons séjourné au Grand Daddy Boutique Hotel.  Il se situe en plein centre de la ville. L’accueil est parfait, le service est extra et l’ambiance qui y règne est vraiment sympa.
Détails de notre road trip de 15 jours en Afrique du Sud







A PROPOS  -  CONTACT    

Copyright © / TOUS DROITS RÉSERVÉS   -   BLOG PHOTOS/VOYAGE    -  MENTIONS LÉGALES 

Facebook
OK

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.