Voyage  Evasion  Découverte 

                                                                                                                                                   By Steph

BLOG POUR LES AMOUREUX DES VOYAGES

Voyage Evasion Decouverte
Facebook

        ——————————————————————————————————————————————————————————————————————————

IRAN










Un voyage pas comme les autres…


On entre en Iran avec la certitude de faire un voyage pas comme les autres et on en ressort secoué par ce pays remplit d’histoire et de ses racines vieilles comme le monde. Ce pays fait couler beaucoup d’encre mais lorsque l’on a la chance d’y pénétrer et d’accepter les contraintes en vigueur dans une république islamique, on découvre une terre attachante par la beauté de ses paysages, par sa curiosité archéologique et par l’hospitalité qui se manifeste à chaque coin de rue. 

Sa population est d’une rare générosité et son histoire, empruntée de racines perses, invite à découvrir mille et une beautés architecturales. 

J’avais toujours voulu visiter l’Iran. C’est quand même le pays des mille et une nuits…


Lorsque nous avons décidé avec un ami de partir en Iran, tout le monde nous l’a déconseillé. 

Mais quand on a une idée en tête ! 

À l’époque, c’était un peu compliqué de partir seul en road trip pour traverser ce pays. 

Nous avons donc contacté une agence locale pour avoir un devis avec un chauffeur et un guide. 

En octobre 2008, une fois le deal conclu, le visa en poche et les valises prêtes, nous voilà partis en Iran. 


Petite anecdote… Notre arrivée sur le sol iranien, n’a pas été de tout repos… 

Une fois l’avion posé sur le tarmac, nous nous sommes dirigés comme tous les autres passagers vers le contrôle des douanes. Lorsque cela a été notre tour, les gentils douaniers nous ont demandé de nous mettre sur le côté et ils sont partis avec nos deux passeports, passant de bureaux en bureaux. Tous les passagers avaient passé la douane quand nous étions toujours au même stade. Après plus de deux heures sans aucune explication, un homme en costume nous a rendu nos deux passeports et nous a fait signe avec la main de passer et de partir. 

Ont-ils cru que nous étions deux journalistes incognitos ou deux espions en mode James Bond ? Nous ne le serons jamais. 

Nous voulions de l’aventure et bien, nous avons été servis !!! 

Heureusement que notre guide avait vu nos deux bagages tourner sans cesse sur le tapis roulant et a eu la bonne idée de nous attendre. 


Je me rappelle encore la tête de notre guide lorsqu’elle nous a vu arriver. “Oh mon dieu, c’est deux hommes…“

Et oui l’agence avait pensé, je ne sais pas pourquoi, peut être nos prénoms, que nous étions deux femmes donc ils ont eu la bonne idée de nous donner une femme comme guide. On était ravi !  

Elle a tout de suite appelé l’agence qui malheureusement pour elle, et heureusement pour nous n’avait plus de guide de remplacement. 

Ça a été génial, elle avait presque notre âge et tout de suite, nous avons eu avec elle une bonne complicité. 

Elle nous a dit qu’elle n’avait jamais travaillé avec ce chauffeur et qu’elle ne savait pas s’il comprenait le français. Donc lorsqu’il serait présent, elle nous parlerait de l’Iran en tout neutralité mais lorsque nous serions seul avec elle, elle serait plus franche et nous expliquerait les bonnes et les mauvaises choses de ce pays. 

Le seul inconvénient, la police la contrôlait toutes les cinq minutes parce qu’elle se baladait seule avec deux européens. Elle devait leur prouver constamment qu’elle était bien notre guide. 


Règles vestimentaires

Ne pas oublier avant de venir en Iran, le code vestimentaire qu’il faut respecter, obéissant à des règles vestimentaires assez strictes, surtout pour vous mesdames. 

Pour les femmes : Pas besoin de Burqas… Il vous faudra seulement une tenue sobre ne dévoilant pas les formes 

de votre corps donc pas de vêtements moulants, pas de décolleté et des haut à manches longues sans compter 

une tenue longue comme une robe ou chemise assez longue arrivant à mi-cuisses.

N’oubliez pas le port du voile ou d’un grand foulard est obligatoire, même pour une occidentale et dès que 

l’avion touche le sol iranien. Il vous en faut un dans votre sac de cabine sinon vous ne descendrez pas de l’avion… 

Pour vous, les coquettes, vous pourrez le porter à la façon Grace Kelly. Un beau foulard coloré posé négligemment 

mais toujours chic, cachant à peine la chevelure et couvrant harmonieusement 

votre coup. 

                                                                                                                                                                                                                    Notre guide Maryam

Pour les hommes : Moins de stress… Seuls les shorts sont interdit, ainsi le pantalon est de rigueur. Pour le haut, tout est permis, tee-shirt ou chemise en fonction de vos préférences et de la température. Les bras nus sont acceptés mais éviter les couleurs trop vives, restez sobre ; marron, beige, noir, blanc, bleu marine, etc…

Voilà, vous êtes parés pour partir ! 


Première journée à Téhéran.


Téhéran : تهران


Capitale et plus grande ville d'Iran. Située dans le nord du pays, au pied des monts Elbourz, la ville donne son nom à la province dont elle est également la capitale.  

Téhéran est située dans une plaine qui descend en pente vers le sud au pied des monts Elbourz. La ville a une altitude de 1 100 m au sud et 

1 200 m au centre à 1 700 m au nord.

 

La tour Azadi

L’un des symboles de la ville, elle mesure 45 m de haut et est entièrement recouverte de quelque 25 000 plaques de marbre blanc d'Ispahan. 










Le lendemain nous sommes allés visiter le musée national d’Archéologique de Téhéran. 


Le musée national d’Archéologique de Téhéran

Inauguré en 1937, il conserve de superbes antiquités de la Perse antique comme des objets de poteries ou en métal, des livres, des pièces, des fresques… 
















Après cette visite, nous nous sommes dirigés vers l’aéroport de Téhéran pour prendre l’avion vers Shiraz. 

Un nouveau chauffeur nous attendait à l’aéroport. 


Shiraz : شیراز


C’est une ville du centre-sud de l'Iran, renommée pour son histoire et ses nombreux jardins. Capital de la Perse, elle fut un centre de la poésie persane. Il y a beaucoup de choses à faire et à voir. 

 

Le mausolée de Hafez

Tout en marbre, il rend honneur au poète vénéré Hafez. Il est entouré d'un beau jardin. Hafez, est un poète, philosophe et un mystique persan né vers 1325 à Shiraz. Il est surtout connu pour ses poèmes lyriques, les ghazals, qui évoquent des thèmes mystiques du soufisme en mettant en scène les plaisirs de la vie.











Puis nous sommes allés voir le mausolée de Saadi. 


Le mausolée de Saadi

Il a été construit à la sortie Nord-Est de Shiraz, en 1952, par André Godard, archéologue et architecte français. Saadi, né à une date incertaine, possiblement vers 1210, et mort probablement en 1291 ou 1292, est l'un des plus grands poètes et conteurs persans. Il est l'auteur du Golestan “Jardin de roses“, du Boustan “Jardin de fruits“ et du Livre des conseils. Il est reconnu pour sa maîtrise de l'écriture et la profondeur de ses idées.










Nuit à Shiraz


Après un bon petit déjeuner, direction la forteresse de Karim Khan


La forteresse de Karim Khan

Édifiée vers 1766 sous le règne du premier souverain de la dynastie Zand, lequel lui a laissé son nom, une partie des bâtiments a été convertie en musée géré par l'organisation de l'héritage culturel d'Iran : le Muzeh-e-Pars. 
















La Mosquée Nasir al-Mulk

Cette mosquée chiite a été construite sur l'ordre de Mirza Hasan Ali Nasir al Molk, l'un des seigneurs de la dynastie kadjar, de 1876 à 1888. 

















La mosquée contient plusieurs vitraux sur sa façade et affiche plusieurs éléments traditionnels tel les panj kāseh-i “ cinq concaves “. 


Le Palais Bagh-e Eram

C’est un palais autour duquel se trouve le jardin d'Eram, un jardin persan historique. Son nom en langue persane signifie “jardin du Paradis“ et a été conçu au XXe siècle autour d’un palais de l’ère qadjare pour l’élite administrative et féodale de ma province du Fars. 

















Les murs et les plafonds sont richement décorés d’éclat de verre et de miroirs. 


Deuxième nuit à Shiraz


Le lendemain nous avons commencé par la visite de la mosquée Vakil. 


La mosquée Vakil

Cette mosquée a été construite entre 1751 et 1773 pendant la Dynastie Zand et a été restaurée au XIXe siècle, lors de la Dynastie Kadjar. Il n'a que deux iwans au lieu des quatre habituels, sur les côtés Nord et Sud d'une grande cour ouverte. Les iwans et la cour sont décorés avec des céramiques typiques de Shiraz appelées haft rangi, caractéristiques de l'art et de l'industrie de Shiraz au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle.
















Plus loin nous nous sommes dirigés vers la Mosquée Masjid-i Atiq. 


La Mosquée Masjid-i Atiq

Elle a été construite pour la première fois en 875 sous le règne du souverain safaride Amr b. al-Layth (878-900). Il a été reconstruit, restauré et agrandi à plusieurs reprises par la suite. La majeure partie de la structure actuelle, une mosquée à quatre iwan, date du XVIIe siècle. Endommagé par de nombreux tremblements de terre, il a été réparé et restauré en profondeur après 1935.











Un peu plus loin, nous avons traversé le Bazar couvert de Vakil. 


Le Bazar couvert de Vakil

C’est le bazar principal de la ville de Shiraz, dans la province du Fars en Iran, il est situé dans le centre historique de la ville.











Shiraz est aussi un point d'accès à Persépolis, située au Nord-Est, à environ 1h de route en voiture. 


Persépolis : تخت جمشید                                                                           Site coup de cœur  


Le site se trouve dans la plaine de Marvdasht, au pied de la montagne Kuh-e Rahmat, à environ 75 km de la ville de Shiraz. Persépolis était une capitale de l’empire perse achéménide au VIe siècle av. J.C.. Son édification commence en 521 av. J.-C. sur ordre de Darius Ier.
















C’est une ville mythique qui symbolise les mystères et la puissance de la Perse Antique. C’est également l’un des sites archéologiques les plus importants au monde. Il figure depuis 1979 au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Elle presque entièrement détruite par Alexandre le Grand. Ce site est exceptionnel et impressionnant par la beauté de ses sculptures et bas-relief.












Tombe d'Artaxerxes II


Artaxerxès II Mnémon “qui a de la mémoire“, a été roi de Perse de 404 à 358 av. J.C.. Il est aussi brièvement pharaon d'Égypte, avant que celle-ci ne se révolte en 404 à 402 av. J.C.. 


À environ 5 km au Nord-Ouest de Persépolis, se trouve le site archéologique de Naqsh-e Rostam. 


Naqsh-e Rostam


Ce site contient quatre tombes royales achéménides rupestres, cruciformes et portant trois registres de bas-reliefs. Une de celles-ci, d'après les inscriptions qu'elle présente, serait la tombe de Darius Ier. Les trois autres tombes se trouvant aux côtés de celle de Darius Ier seraient celles de Xerxès Ier, Artaxerxès Ier et Darius II, mais elles ne portent aucune inscription permettant de les identifier avec certitude. 

En plus des tombes, il y a aussi sept très grands bas-reliefs dans la roche de Naqsh-e Rustam, sous les tombes, sculptures commandées par les rois sassanide.















Après cette visite très instructive et des conditions exceptionnelles car nous étions presque les seuls sur le site, nous avons fait 5h de route pour aller à Ifahân.


Iṣfahân : اصفهان


Elle a été capitale de l'empire perse sous la dynastie des Séfévides entre le XVIe siècle et le XVIIIe siècle. La ville est bien irriguée et sa verdure offre un contraste bien particulier avec les étendues désertiques qui l'entourent. Située dans le centre de l'Iran, au cœur du plateau iranien, à  1 574 mètres d'altitude, à l'est de la chaîne des Zagros, cette ville est une vraie oasis au milieu de l'aride plateau iranien. Elle est considérée par ses habitants comme l'une des plus belles villes du monde.  

Découvrir Ifahân, c’est visiter une ville paisible et magique où l’art de vivre à un petit goût de Paradis. 

Nous avons commencé en début de matinée par la Place Naghsh-e Jahan.


La Grande Mosquée du Shâh

Située sur la Place Naghsh-e Jahan, également nommée Mosquée de l'Imam est majestueuse, cette mosquée a été construite pour le souverain safavide Chah Abbas Ier entre 1612 et 1630.
















Le décor de la mosquée est réalisé en céramique, selon différentes techniques : la mosaïque de céramique. La couleur dominante est le bleu, mais des couleurs comme le jaune et le vert sont assez caractéristiques de l'époque. 


La Mosquée du Cheikh Lotfallah : 

Construite au début du XVIIe siècle (de 1598 à 1619), sous le règne des Safavides, il s'agit de la première mosquée érigée dans cette ville par les Safavides, avant la mosquée du Shâh. Son chantier dura longtemps, seize ans selon les sources, et deux dates sont inscrites dans le décor : 1616 sur le dôme et 1618 dans le mihrab.
















Le décor de cette petite mosquée qui semble avoir réellement servi d'oratoire pour le souverain plutôt que de lieu de prière publique, est réalisé avec des lambris d'onyx jaune et de la céramique émaillée. 


Après avoir visité ces deux superbes mosquées, nous sommes partis admirer le pont Si-o-se-pol. 


Le pont Si-o-se-pol

Il a été construit vers 1608 et mesure 132 mètres de long. Avec ses arcades, dans les côtés et dans la base, il offre ainsi une possibilité de promenade à plusieurs niveaux, selon la hauteur de l’eau. Il sert de lieu de passage, mais aussi de barrage pour réguler le cours de la rivière. En le traversant, l’eau produit un effet de grandes fontaines grâce aux emmarchements. 











C’est un lieu de villégiature et de promenade pour les jeunes Iraniens. 


Nous avons séjourné à l’hôtel Abbasi dans le centre d’isfahan. 

Construit au XVIIe siècle par le sultan Hossein pour servir de caravansérail, 

de madrassa et de bazar, il s'appelait à l'origine Mādarschāh Kārwānsarā, le 

caravansérail de la reine-mère. 

Il comprend un magnifique jardin persan carré de quatre-vingt mètres de côté 

avec son howz, fontaine typique.

Le bâtiment a été restauré en 1957 par l'archéologue français André Godard et 

transformé en hôtel de luxe 5 étoiles.

C’est l’endroit idéal pour séjourner à Isfahan. Prendre un verre, sans alcool 

évidemment ou diner dans ses jardins est très agréable. Je recommande…


Vous entendrez toutes les 30 minutes une iranienne parler au micro, en arabe, pour demander aux femmes dans l’hôtel de penser à porter correctement le hijab selon la législation des lois de la république islamique d’Iran. 

N’oubliez pas mesdames, en vertu des lois de la République islamique d’Iran, toutes les femmes iraniennes et étrangères, indépendamment de leur foi, doivent se conformer à la législation qui oblige à porter le voile dans les lieux publics.


Le lendemain, nous sommes allés faire une virée dans le village de Abyaneh. Il se trouve à 176 km d’Isfahan.


Abyaneh : ابيانه


C’est un des plus anciens villages d’Iran. Il se trouve à 190 km d’Isfahan, à environ 2h de route.  Ce village montagnard de la région de Natanz, dans la province d'Isfahan, se caractérise par la couleur ocre de ses maisons, liée à la richesse du sol en oxyde ferreux. Les maisons sont en effet construites en briques de terre séchées, assemblées par un mortier d'eau, de paille, et de terre réalisant un pisé. 

















Le village est également connu pour les couleurs vives et bariolées des costumes traditionnels portés par les femmes du village, dont les origines sont très anciennes. 













C’est l’un des rares endroits d’Iran où les femmes peuvent porter des couleurs vives. 


Retour sur Ifahân par la région de Natanz.











Après cette escapade, nous sommes rentrés sur Ifahân pour y passer notre dernière soirée. 


Notre chauffeur et notre guide nous attendaient, le lendemain matin, pour prendre la route en la direction de Kashan.


Kashan : كاشان


C’est une ville située entre Téhéran et Ispahan et c’est la première des grandes oasis qui se trouvent le long de la route entre Qom et Kerman, dans les déserts du centre de l'Iran. Son attrait est principalement dû au contraste entre les immensités des déserts et la verdure des oasis bien entretenues. 


La Maison des Boroudjerdi

C’est une maison historique célèbre de Kashan dessinée par l'architecte Ustad Ali Maryam. Cette splendide maison, a été construite en 1857, avec trois badgirs (tours à vent) hautes de 40 mètres qui aident à rafraîchir la maison les jours de chaleur. C’est un élément traditionnel d’architecture Perse utilisé depuis des siècles pour créer une ventilation naturelle dans les bâtiments. 















La construction de la maison prit dix-huit ans et il fut fait appel à cent cinquante ouvriers. La maison est considérée comme un véritable chef-d'œuvre de l'architecture résidentielle persane traditionnelle. 


La Mosquée Agha Bozorg

Construite à la fin du XVIIIe siècle, cette mosquée est très belle dans sa sobriété. 



















Tranquillement nous sommes rentrés sur Téhéran pour y passer notre dernière nuit en Iran avant de rentrer en France. 






Conclusion : Mon voyage en Iran, m’a permis de découvrir un pays génial encore hors des sentiers battus. Malheureusement comme quelques destinations touristiques, c’est un pays sous régime totalitaire, mais qui recèle de trésors naturels et culturels encore très peu connus. Le contact avec les iraniens est facile, ils sont souriants, avenants et curieux de l’autre. Je me suis senti vraiment en sécurité, c’est un des pays les plus sûrs où j’ai eu la chance de voyager avec la Syrie et la Jordanie. Comme le pays est une dictature, il n’y a quasiment pas de délinquance… En résumé, n’hésitez pas à venir découvrir ce magnifique pays avant qu’il ne soit trop envahi par des hordes de touristes. 













Patchwork en photos de notre voyage



  Carte de notre périple















        ——————————————————————————————————————————————————————————————————————————

L’un des symboles de la ville, elle mesure 45 m de haut et est entièrement recouverte de quelque 25 000 plaques de marbre blanc d'Ispahan.
L’un des symboles de la ville, elle mesure 45 m de haut et est entièrement recouverte de quelque 25 000 plaques de marbre blanc d'Ispahan.
Tout en marbre, il rend honneur au poète vénéré Hafez. Il est entouré d'un beau jardin. Hafez, est un poète, philosophe et un mystique persan né vers 1325 à Shiraz.
Tout en marbre, il rend honneur au poète vénéré Hafez. Il est entouré d'un beau jardin. Hafez, est un poète, philosophe et un mystique persan né vers 1325 à Shiraz.
Il a été construit à la sortie Nord-Est de Shiraz, en 1952, par André Godard, archéologue et architecte français.
Elle a été construite pour la première fois en 875 sous le règne du souverain safaride Amr b. al-Layth (878-900).
Elle a été construite pour la première fois en 875 sous le règne du souverain safaride Amr b. al-Layth (878-900).
Elle a été construite pour la première fois en 875 sous le règne du souverain safaride Amr b. al-Layth (878-900).
C’est le bazar principal de la ville de Shiraz, dans la province du Fars en Iran, il est situé dans le centre historique de la ville.
C’est le bazar principal de la ville de Shiraz, dans la province du Fars en Iran, il est situé dans le centre historique de la ville.
C’est le bazar principal de la ville de Shiraz, dans la province du Fars en Iran, il est situé dans le centre historique de la ville.
Le site se trouve dans la plaine de Marvdasht, au pied de la montagne Kuh-e Rahmat, à environ 75 km de la ville de Shiraz.
Le site se trouve dans la plaine de Marvdasht, au pied de la montagne Kuh-e Rahmat, à environ 75 km de la ville de Shiraz.
l a été construit vers 1608 et mesure 132 mètres de long. Avec ses arcades, dans les côtés et dans la base, il offre ainsi une possibilité de promenade à plusieurs niveaux, selon la hauteur de l’eau. Il sert de lieu de passage, mais aussi de barrage pour réguler le cours de la rivière.
l a été construit vers 1608 et mesure 132 mètres de long. Avec ses arcades, dans les côtés et dans la base, il offre ainsi une possibilité de promenade à plusieurs niveaux, selon la hauteur de l’eau. Il sert de lieu de passage, mais aussi de barrage pour réguler le cours de la rivière.
Le village est également connu pour les couleurs vives et bariolées des costumes traditionnels portés par les femmes du village, dont les origines sont très anciennes.
Le village est également connu pour les couleurs vives et bariolées des costumes traditionnels portés par les femmes du village, dont les origines sont très anciennes.
Le village est également connu pour les couleurs vives et bariolées des costumes traditionnels portés par les femmes du village, dont les origines sont très anciennes.
Le village est également connu pour les couleurs vives et bariolées des costumes traditionnels portés par les femmes du village, dont les origines sont très anciennes.







A PROPOS  -  CONTACT     

Copyright © / TOUS DROITS RÉSERVÉS   -   BLOG PHOTOS/VOYAGE    -  MENTIONS LÉGALES 

Facebook
OK

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.