Voyage  Evasion  Découverte 

                                                                                                                                                   By Steph

BLOG POUR LES AMOUREUX DES VOYAGES

Voyage Evasion Decouverte
Facebook

        ——————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Les Îles Féroé

















Un jardin dans l'océan Atlantique…


Les Îles Féroé, ce sont 18 îles ou îlots jetés à la volée dans l'océan Atlantique Nord, entre l'Islande et la Norvège. Des contes et légendes scandinaves racontent que cet heureux désordre est l'œuvre d'Odin, dieu de toutes choses dans 

la mythologie nordique.

Toute la beauté des îles tient en une succession de tableaux, montagnes, vallées et landes verdoyantes entourées d'un océan d'un bleu sauvage. Un monde minéral où se succèdent falaises imposantes et monumentales, cirques glaciaires abruptes, fjords découpés aux versants vertigineux, prairies boréales verdoyantes, le tout parsemé de magnifiques petits villages aux maisons au toit d'herbe.

Soumis aux caprices des vents du large, le climat de ces îles volcaniques est quelque peu lunatique : pluie et soleil s’invitent quotidiennement dans la vie des Féringiens. Ici, il pleut près de 300 jours par an !

Mais la pluie participe aussi à la beauté de ces paysages inoubliables, tant elle s'intègre au décor. La lumière se renouvelle à chaque instant, selon le bon vouloir des nuages.

Un vrai bonheur pour les amoureux de la photographie.


Avec des paysages à couper le souffle et une nature intacte, ce petit archipel de 18 îles du bout du monde, sous souveraineté danoise, offre de nouvelles destinations, tant recherchées, en quête de nature sauvage et à l’écart des troubles du monde.

Se rendre aux îles Féroé signifie faire un voyage dans le temps, un retour à la nature sauvage à la découverte des traditions et des origines du Danemark.


C'est en voyant un reportage télévisé que j'ai découvert ce chapelet d'îles de toute beauté et cela m'a donné envie de venir les découvrir par moi-même. 


Grindadráp


Bien sûr, je connaissais de nom ces îles car une fois par an, on parle malheureusement de cette région en montrant des images chocs et sanglantes du massacre des dauphins. Cette fête est surnommée le Grindadráp ou Grind. 

Une vraie polémique...

Chaque année, certains habitants tuent par centaines des dauphins océaniques, principale cible de la chasse, mais également des dauphins à flancs blanc et des grands dauphins qui s'aventurent dans les fjords de l'archipel. 

Ce massacre est régulé par les autorités féroïennes et est controversée dans toute l'Europe. 

Chaque année, près de 1 000 dauphins et globicéphales sont tués, principalement au cours de l'été car l'archipel se situe le long des couloirs migratoires des cétacés. 

Au départ, depuis des siècles, la nourriture recueillie à la suite de cet événement, correspondait à 30 % de la consommation alimentaire de ces îles lointaines et difficiles d'accès, et une des rares sources de protéine animale disponible. À cause d'un climat difficile, la production de l'élevage et de l'agriculture était très limitée sur l'archipel, et la viande de globicéphale devenait alors une source de nourriture très appréciée. 

La polémique est que de nos jours, toute la viande n'est plus vraiment consommée. Celle qui l'est est partagée au 

sein de la communauté en fin de chasse. Elle n'est en principe pas revendue, sauf dans les restaurants qui en proposent pour les touristes, le reste est jeté...


Déroulement de la chasse


Commence le repérage des cétacés. Une fois le groupe de cétacés repéré, les chasseurs/pécheurs entourent d’abord les animaux en faisant un large demi-cercle de bateaux. Ils les rabattent lentement dans une baie ou au fond d'un fjord pour amener les cétacés au bord d'une plage autorisée pour l'abattage. Il existe 23 sites légaux. 

Le guidage des animaux est largement facilité par l'habitude qu'ont les globicéphales de suivre les embarcations en nageant à leur proue. 

Une fois le groupe de cétacés coincé dans une baie, les individus sont hissés sur la berge à l'aide de crochets insérés dans l'évent de l'animal puis abattus à l'aide de couteaux traditionnels qu'ils utilisent pour sectionner la colonne vertébrale du cétacé. Tous les individus du groupe capturé sont alors tués sans exception, y compris les jeunes et les femelles gestantes. L'abattage se veut rapide et « sans douleur » mais dans les faits, il faut parfois plusieurs minutes pour parvenir à les tuer.


Boycotter ou pas les Îles Féroé ? 


Il faut avoir à l'esprit que pour beaucoup de Féringiens, cela reste une tradition encrée au plus profond d'eux même.  Mais tous les habitants des Îles Féroé n’approuvent pas ce massacre. Je me suis toujours refusé de boycotter 

un pays car nous ne pouvons pas résumer un pays et sa population à une pratique. Entre les lois liberticides, les dictatures, les régimes politiques controversés, les oppressions de certaines ethnies, sans oublier l'esclavage ou le massacre, dans l'histoire d'un pays, de différentes races, nous ne voyagerions plus beaucoup... 


L'histoire ou la politique d’un pays ne représente pas ses habitants et aucun pays n’est tout noir ou tout blanc. 


En début juillet 2016, nous sommes partis à deux faire un road trip de 10 jours à travers 

ce chapelet d'îles. 

Comme j'adore les road trips, la voiture était une évidence pour moi, bien qu’il existe, 

pour ceux qui préfèrent un réseau de bus et de ferrys sur l'archipel.

Lien de la Société qui gère les bus bleus et les ferrys qui 

assurent les liaisons entre les villes, les villages et les îles. 


Conseils pour conduire aux Îles Féroé


Pour passer d'îles en îles, il y a un excellent réseau de liaisons internes constitué de routes, ponts, tunnels terrestres 

et tunnels sous-marins. Les tunnels sous-marins sont payants. Les tunnels Vágatunnilin entre l’île centrale de Stremoy et celle de Vágar ainsi que le Norðoyatunnilin reliant les îles Borðoy et Esturoy coûtent chacun 100 DKK (environ 13 €) pour une voiture de moins de 6 m. Il n’y a pas de barrière de péage mais des caméras qui scannent les plaques d'immatriculation. 

Chaque conducteur, dont la voiture a systématiquement été photographiée, 

a 72 heures pour s’acquitter du péage dans une des stations-service Effo ou 

Magn. Il faut garder le récépissé. En ce qui nous concerne, la société de 

location a débité directement la facture sur notre CB le jour du retour. 

 

Important : Il existe des tunnels à une seule voie de circulation. À l’approche 

d’un véhicule, se ranger sur les espaces de croisement placés à droite tous les 100 m. En présence d’un camion avec feux de détresse allumés, se réfugier sur l’espace le plus proche (même à gauche) pour lui permettre de passer. C'est un peu impressionnant mais c'est un coup à prendre. 


Comme nous sommes passés par Copenhague, nous en avons profité pour visiter cette superbe ville pendant 3 jours. Après ces jours de visite de la capitale du Danemark, nous avons repris l'avion pour les Îles Féroé.

Nous sommes arrivés sur l'île de Vágar en début de matinée. C'est la seule île de l'archipel à avoir un aéroport international. 

Lorsque vous arrivez en avion, le spectacle est saisissant. Par le hublot, apparaissent les îles aux crêtes dentelées et aux plaines verdoyantes qui se détachent du bleu profond de l'océan. Avant même de poser les pieds sur l'archipel, vous aurez un aperçu des splendeurs naturels que va vous offrir ce voyage. 

C'est le pays des moutons avec ses 80 000 bêtes pour 55 000 habitants...  



















Nous avons récupéré la voiture et nous sommes partis directement visiter l'île. 


Île de Vágar : Vågø en danois  -  L'île à la tête de chien


C'est la troisième île par sa taille, 176 km², derrière Streymoy et Eysturoy. 

Elle est divisée en deux communes, Sørvágs à l'Ouest et Vága à l'Est. On y 

trouve six villages, les plus grands étant Miðvágur, Sandavágur et Sørvágur 

et les plus modestes (moins de 100 habitants) Gásadalur, Bøur et Vatnsoyrar. 

Il y a aussi deux lacs dont le fameux lac Sørvágsvatn que l'on voit dans 

beaucoup de reportages. 

Quelle chance, nous commençons notre périple avec du beau temps ! 

Nous profitons dans la matinée pour sillonner les quelques routes de cette première île. Les paysages étaient magnifiques et sauvages. Nous découvrions avec joie ces nouvelles contrées lointaines au beau milieu de l'océan Atlantique. 


















Lac Sørvágsvatn

En début d'après-midi, nous sommes partis faire une des plus belles randonnées des Féroé autour du lac 

Sørvágsvatn. La balade est assez facile car la distance est de 7,2 km avec un dénivelé de 369 m. 

Ce lac a une particularité, il est très proche de la mer, et est situé à 30 m au-dessus de celle-ci. Mais une illusion d'optique semble attribuer à ce lac une altitude très supérieure. Avec certains angles de vue, le lac semble surplomber la mer d'une centaine de mètres. C'est impressionnant et magique !



















Lorsque vous arrivez au bord des falaises vous pourrez découvrir une vue féérique sur l'océan Atlantique. Des falaises de Trælanípa, on y jetait les esclaves irlandais qui étaient condamnés. 


Nous avons séjourné deux nuits à l'hôtel Vagar face à l'aéroport. Les chambres

étaient petites mais propres et fonctionnelles.

Les petits déjeuners étaient bons et nous avons dîné chaque soirée dans le 

restaurant de l'hôtel. Demandez les chambres avec vue sur la piste, c'est plus 

sympa et la nuit, il n'y a pas de trafic aérien.  


Le lendemain, nous avons pris le ferry pour l'île de Mykines. Pas besoin de prendre la voiture pour y aller car sur place il n'y a pas de route. Il faut juste aller jusqu'au port de Sørvágur. 

Conseils : Les départs des ferrys sont quotidiens. Il y a deux rotations, la première est à 10h20 et la deuxième à 

16h20. Le dernier retour est à 17h05.  

Le trajet dure de 45mn à 60mn selon les conditions météo (50 km). 

Le prix est de 180 DKK l'aller/retour soit environ 24€. 

Attention : La capacité maximale du ferry est d’environ 90 personnes donc il est impératif de réserver ses billets à l’avance, mais cela n’est possible que jusqu’à quatorze jours avant la date de voyage choisie.     Lien de réservation


Lorsque vous sortez du fjord Sørvágsfjørður, le bateau longe les extraordinaires rochers de Tindhólmur, Skerhólmur et Gáshólmur. Le spectacle est saisissant. 








                      Tindhólmur                                                Skerhólmur    

 

Île de Mykines :                                                                                             Mon Île coup de cœur


Cette un petite île de 10,3 km² ne possède qu'un seul village où réside en 

permanence une douzaine de personnes. Elle se trouve à l'Ouest de l'île de Vágar, 

ce qui la rend la plus occidentale d'Europe. Il n'y a pas d'automobile sur l'île. 

Les seuls engins motorisés que l'on peut parfois apercevoir sont des quads. 

Au Sud du village, il est possible de planter sa tente au bord d'un petit cours 

d'eau. Cette île est considérée comme le paradis des oiseaux. 

Vous serez accueillis par des milliers de magnifiques macareux. 

C'est en voyant une superbe photo prise sur cette île que j'ai pris la décision de venir l'explorer. 

Il y a une randonnée extraordinaire à faire sur Mykines. 


Le Mykines Lighthouse Trail : C'est un sentier en boucle de 5,3 kilomètres. Il vous permettra d'observer la faune extraordinaire de cette île. Sa difficulté est évaluée comme facile mais il y a quand pas mal de dénivelé (363 m). 

Une randonnée superbe d'où vous aurez des vues incroyables tout au long du trajet. 

Gardez un œil sur tous les macareux (attention à rester sur le sentier pour ne pas déranger leurs nids). 

La cerise sur le gâteau est de s'assoir au bout de l'île, près du phare d'où vous aurez une vue panoramique splendide sur toute l'île (c'était la photo que j'avais vu...). 


 

















Après cette très belle randonnée, nous sommes retournés au village pour manger un morceau. Le seul resto est The Locals. C'est une toute petite maison au centre du village. Le restaurant est sans prétention mais c'est le seul endroit pour se restaurer. Ils proposent de la soupe, des saucisses et pain, des sandwichs à la viande de mouton, des bonnes bières et pour finir des gâteaux. Ce n'ai pas de la grande cuisine mais c'est parfait pour être rassasier. 


Retour sur l'île de Vágar pour y passer la nuit. 


Le lendemain, après le petit déjeuner, nous sommes partis en direction de l'île de Streymoy. 


Pour passer de l'île de Vágar à l'île de Streymoy, vous prendrez la route N° 11 et vous 

emprunterez votre premier tunnel sous-marin, le Vágatunneilin (payant). Long de 

4 940 m, pour l'instant, c'est le deuxième plus long de l'archipel après le Norðoyatunnilin 

(6 300 m). 

Ils sont en train de construire un méga tunnel sous-marin long de 11 000 m. Il relira l'île 

de Streymoy à l'île de Eysturoy. Il sera terminé en 2021. Un autre projet pharaonique de 

tunnel sous-marin est en projet. Long de 22 500 m, il relira l'île de Sandoy à l'île de 

Suðuroy. Un chantier qui devrait durer normalement 8 ans. Impressionnant !!!


Aujourd'hui, nous n'avons fait que traverser cette île pour aller directement à Tórshavn, la capitale, prendre un ferry pour l'île de Suðuroy. Le ferry met environ 1h55 pour atteindre Tvøroyri. Il faut réserver...  Lien Strandfaraskip Landsins


Île de Suðuroy : Littéralement “île du Sud“


C'est l'île la plus méridionale de l'archipel. Avec ses 163,7 km², elle est habitée par 

environ 13 000 habitants répartis dans plusieurs villages. Son rivage est varié, 

souvent occupé par de hautes falaises et découpé de plusieurs fjords.


Après avoir accosté sur l'île nous sommes directement partis en direction du petit

village de Fámjin. 









Nous avons passé deux nuits à l'hôtel Tvøroyri dans la ville du même nom.  

C'est un hôtel sans prétention. Les chambres sont petites et propres. 

Hôtel familial, nous avons été bien accueillis. Il n'y a pas d'ascenseur et les 

chambres sont en étage. Bien placé, il se trouve en plein centre-ville. 

Il y a un petit parking gratuit. 


Le lendemain, nous sommes partis en direction des falaises de Vágur. 


Falaises de Vágur :

Il faut aller jusqu'à Vágseiði pour admirer les Skúvanes, les falaises de Vágur. Hautes de 200 m, elles semblent être 

posées là fièrement, affrontant des vagues souvent déchainées. 

Il y a un petit port naturel, sans jetée appelé Kleivin. De nos jours, il n'est plus utilisé, mais au 19ème et au début du 

20ème siècle, c'était un port très fréquenté par des bateaux de pêche. Juste une route en béton montre son accès. 











Puis nous avons pris la route en direction du petit village de Sumba, tout au 

Sud de l'île jusqu'à son cul de sac pour aller voir le phare de Akraberg. 



Cap Akraberg

Le paysage est splendide. Cette langue de terre de plus en plus étroite s'avance dans l'océan et finit par une falaise d'une quarantaine de mètres surmontée d'un phare blanc au toit rouge. Le lieu est magique, surtout que nous avions un temps superbe avec un ciel magnifiquement bleu.









Direction, le village de Froðba et ses 284 habitants. 


Village de Froðba

Ce serait le plus vieux village de l'île de Suðuroy. La légende raconte qu'un roi danois, Frode, aurait fondé ce village et le nom du village viendrait de là. Le village s'appelait auparavant Froðebøur, ce qui signifie le « champ de Frode ». 

Le nom a ensuite dérivé vers Froðba. 








Le lendemain, nous avons repris le ferry pour retourner à Tórshavn sur l'île de Streymoy. 


Sur le trajet, le ferry est passé devant la magnifique petite île de Lítla Dímun. 


Île de Lítla Dímun


Avec ses 1km², c'est la plus petite île des 18 îles Féroé. Elle est a toujours été inhabitée, car elle est pentue et très difficile à gravir. 

Au sommet se trouve un petit plateau sous couvert par des nuages. Les moutons sont ici au nombre de 270 et les oiseaux, notamment les macareux, sont très nombreux. 

Depuis le naufrage d'un navire norvégien, dont les marins s'étaient réfugiés sur l'îlot, il est toujours laissé sur l'île, du charbon, des allumettes, des boîtes de conserve et de l'eau potable pour d'éventuels autres naufragés qui viendraient à s'y échouer à nouveau. 










Arrivée à Tórshavn en début d'après-midi, nous sommes allés manger un morceau avant d'aller visiter le vieux quartier de la capitale. 


Île de Streymoy :  L'Île du courant


D'une superficie de 373 km², c'est la plus grande île de l'archipel. L'île est habitée par 

environ 22 000 habitants et la majorité de la population se trouve à Tórshavn, la capitale du 

pays, située à la pointe Sud de l’île. 

Le nom de l’île Streymoy signifie Île du courant. Ce nom lui a été donné en référence au 

courant qui sévit dans l’étroit chenal maritime séparant Streymoy de l’île voisine d'Esturoy 

et qui peut aller jusqu’à 12 nœuds (22 km/h) et qui change régulièrement de sens.


Ville de Tórshavn

Elle est connue pour sa vieille ville, Tinganes, qui regorge de maisons en bois avec des toits en herbe sur une petite péninsule. À proximité se trouve la cathédrale de Tórshavn, reconstruite au XIXe siècle. Des boutiques locales bordent la principale artère commerciale, Niels Finsens gøta. Au Nord, la Maison nordique est un centre culturel qui propose des spectacles de théâtre, de danse et de musique dans un espace contemporain.


















Allez jusqu'au phare de Skansin qui est situé sur la colline à côté du port de Tórshavn. 

Il surplombe un ancien fort construit en 1580 par Magnus Heinason pour se protéger contre les raids de pirates de la ville, après avoir lui-même failli être pris dans un de ces raids. Le fort a été considérablement agrandi en 1780 et a subi une série de reconstructions pendant de nombreuses années par la suite. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le fort a servi de base militaire à la Grande-Bretagne. Deux canons de 5,5 pouces datent de l'occupation britannique, ainsi que de nombreux canons danois plus anciens.

Cet emplacement stratégique du fort offre des vues pittoresques sur le port de Tórshavn, le paysage environnant et des vues sur l'île de Nólsoy. 










Le lendemain, direction le Sud de l'île sous un ciel dégagé.


Village de Kirkjubøur

Ce petit village aux maisons noires et aux toits de gazon est situé au Sud de l'île. Au Moyen Âge, il était le siège de l'ancien diocèse des îles Féroé. Une grande partie du patrimoine médiéval des 

îles Féroé se trouve à Kirkjubøur, notamment ; la cathédrale Saint-Magnus dont 

seulement les murs ont résisté au temps, l'église Saint-Olav, toute blanche 

entourée d'un petit cimetière qui date du XIIe siècle et la Kirkjubøargarður, la plus 

ancienne maison de bois au monde à être toujours habitée, qui remonte au 

XIe siècle. On peut en visiter une partie et s'il n'y a personne, soulevez le loquet, 

déposez votre aumône pour la conservation du lieu et visitez tranquillement.








Une pierre runique a été découverte dans le village en 1832. Datée du IXe siècle ou du Xe siècle, elle est la plus ancienne des pierres runiques féroïennes. 


Après cette belle visite, nous sommes partis en direction du Nord/Est de l'île vers le village isolé de Tjørnuvík. Le ciel s'assombrissait petit à petit. 


Village de Tjørnuvík

Le village et ses 70 âmes se trouvent au fond d'une baie au sable gris-noir, coincé entre deux montagnes. Comme beaucoup de route aux Îles Féroé, c'est encore un cul de sac. La route serpente le long du détroit de Sundini. 

Plusieurs superbes points de vue, sur le détroit et sur les deux aiguilles rocheuses d'Eiði, se trouvent au bord de la route. Par beau temps comme par mauvais temps cette baie a quelque chose d'impressionnant.


















Du village, il y a une vue imprenable sur les îles Hestur et Koltur vers l’Ouest et sur l'île de Sandoy vers le Sud.


Nous avons rebroussé chemin, jusqu'au village d'Hvalvik où nous avons bifurqué sur la droite pour prendre la route 

N° 53 en direction du village de Saksun. 

Cette route passe à côté du lac de Saksunarvatn puis longe une rivière pour arriver au minuscule village de Saksun.   


Village de Saksun

Ce village se trouve au fond de ce qui était une anse de mer, entourée de hautes montagnes. L’entrée formait un port naturel profond, jusqu’à ce qu’une tempête le bloque avec du sable.

Splendidement situé dans un amphithéâtre circulaire naturel, Saksun est un village à flanc de colline merveilleusement isolé et est l’une des destinations les plus intéressantes des îles Féroé. Notre coup de cœur... 

Calme et tranquille, le petit village d'un peu plus d'une dizaine habitants offre une vue imprenable sur les montagnes environnantes. 

Le village possède une église et un musée. L'église a été construite à l'origine à Tjørnuvík, mais en 1858, elle a été démontée, transportée au-dessus des montagnes et remontée à Saksun. Le musée occupe une ferme du XVIIe siècle appelée Dúvugarður. C'est une ferme ovine active avec environ 710 brebis.








À côté de l'église, se trouve un chemin de gravier, c'est le départ de la petite randonnée en direction de Út á Lónna, la plage noire de Sanksun. Cette balade, dans une nature à couper le souffle, est très facile. 

Attention à la marée. Il n'est pas recommandé de parcourir le chemin à marée haute. Renseignez-vous avant de descendre vers l'anse, il y a un créneau d'environ 6 heures entre les hautes et basses eaux.



















Ville de Vestmanna

Vestmanna est une ville qui se trouve au Nord-Ouest de l’île de Streymoy. 

Connue pour ses nombreuses excursions en bateau proposées pour admirer les falaises qui se trouvent à l’Ouest de la ville et qui sont très populaires pour ses paysages sauvages et l’observation des oiseaux.

Avant la construction du tunnel pour rejoindre Vágar, c’était le port d’embarquement pour le ferry. Depuis, la ville est assez isolée et les touristes n'y viennent que pour les excursions en bateau. La ville en elle-même ne vaut pas vraiment le détour. Le temps était très couvert donc nous avons fait le choix de ne pas faire la balade en bateau. 


Nous avons séjourné deux nuits à l'Hôtel Førayar. Il se situe sur les hauteurs de 

la ville et offre une superbe vue sur le port et la mer. Le service est discret et 

serviable et l'établissement est calme. Les chambres avec vue sur la ville sont de 

taille très convenable, confortables et propres. 

Le buffet du petit déjeuner est copieux et le restaurant propose aussi un buffet 

exceptionnel le soir, un vrai régal.  


Après les deux jours de visite de l'île, nous sommes partis vers l'île d'Eysturoy. Pour y accéder, nous avons passé le pont qui enjambe le bras de mer qui sépare les deux îles. Les insulaires le décrivent en plaisantant comme étant 

le seul pont routier qui passe au-dessus de l'Atlantique. 


Île d'Eysturoy : Østerø en danois - Littéralement l'île de l'Est                      Mon Île coup de cœur                          


Avec ses 286,3 km², c'est la deuxième plus grande île de l'archipel des Féroé. Il y a

un peu plus d'une trentaine de villes et villages sur l'île. Les localités les plus 

importantes sont Fuglafjørður au Nord ainsi que Runavík et Nes/Toftir au Sud.

Cette île est superbe, les routes offrent des paysages sauvages à couper le souffle. 


Nous sommes allés directement visiter le village de Gjógv au Nord/Est de l'île. 


La route longe d'abord le versant Ouest du fjord, puis à partir de Funningur, elle s'élève en lacets et réserve des points de vue splendides, sur le village en contrebas et l'entrée du fjord. 


















Village de Gjógv

C'est l'un des villages féroïens les plus septentrionaux de l'île. Son nom veut dire ravin et vient du fait que le port du village se trouve dans un contrebas important en bas du village. 

À cet endroit, la côte rocheuse est battue par l'océan, et les vagues ont creusé un profond mini canyon dans la falaise qui sert de mini port naturel. Garez-vous sur le terre-plein en haut du village, le canyon se trouve juste à côté. 


















Village de Funningur

On dit que le premier viking qui s'installa aux îles Féroé s'installa ici. Son nom est Grímur Kamban. Il s'est installé là vers l'an 800. Environ 70 personnes vivent dans ce petit village au bord d'une jolie baie et coupé en deux par un ruisseau en cascade. L'église en bois au toit de gazon date de 1847 et se dresse au bord de l'eau. 

À l'ouest du village s'élève la plus haute montagne des îles Féroé, Slættaratindur (880 m), cependant, le sommet lui-même n'est pas visible depuis le village.









Village d'Elduvik

Ce petit village qui a une population de 23 habitants est séparé en deux parties par la petite rivière. Son église a été construite en 1952. Le village fait face à l'île de Kalsoy. 









La légende d'Elduvik : Il y a bien longtemps, un fermier d'Elduvik, appelé Anfinnur, a fait la rencontre avec une bête étrange nommé Marmennil. C'était un petit être à l'apparence humaine avec un corp de 

poisson et de longs doits qui vivait au fond de l'océan. Ce petit malin, taquinait les 

pécheurs en mangeant leurs appâts puis il accrochait les hameçons au fond de la mer 

pour que les pécheurs finissent par casser leur ligne en essayant de remonter celle-ci à la 

surface. Un jour, l'hameçon du fermer Anfinnur se fixa dans la main de Marnennil et en 

tirant, il remonta le petit être jusque sur le bateau. En voyant cette bête, ses compagnons 

de pêche firent le signe de croix. Ils ramenèrent Marnennil jusqu'au port et le gardèrent 

avec eux. 

À chaque sortie en mer, la bête les accompagnait et ils faisaient toujours le signe de croix 

en embarquant avec lui pour l'honorer. Dès qu'il y avait du poisson sous le bateau, 

Marmennil se mettait à rire et à jouer, et les pêcheurs pouvaient alors pêcher en abondance. 

Anfinnur garda Marmennil pendant des années, mais un jour la mer était si déchainée             Joan Llopis Doménech Illustrations

qu'ils ont oublié de faire le signe de la croix. Énervé, arrivé en pleine mer, Marmennil s'est glissé par-dessus bord et a disparu à jamais. Depuis, jamais personne ne l'a revu.  


Village d'Oyndarfjørður

Située au bord d'un fjord dans la commune de Runavík, le village compte environ 140 habitants. Le nom du village, un des plus vieux des Île Féroé, provient du prénom masculin Oyvindur. Les première sources écrites mentionnant la localité datent du début du XIVe siècle. Ces mêmes sources précisant que le village est encore beaucoup plus ancien, probablement de l'époque viking. 

Le village n'a rien d'exceptionnel mais le lieu est connu dans la région pour la 

présence de deux Rinkusteinar (pierre branlante) situées au bord de l'océan 

près du village.  

La légende locale raconte que la sorcière du village aurait maudit et changé en 

pierre deux navires de pirates vikings ayant mis à sac Oyndarfjørður. Ces deux 

grosses pierres bougeant aujourd'hui au gré du vent et des marées. 

Cela ne casse pas trois pattes à un canard mais bon nous passions par là...


Ville de Runavík

Important port de pêche, c'est la plus grande ville de l'île, elle compte plus de 

3 700 habitants. 

La ville est idéalement située pour partir à la découverte de toute l'île. 



Nous avons séjourné deux nuits à l'Hôtel Runavík

En plein centre-ville, dans la rue principale, cet hôtel est très bien placé. 

Les chambres sont confortables et spacieuses. Les salles de bain auraient 

besoin d'être rafraichies mais le point positif est que l'eau chaude coule à flot. 

Le restaurant de l'hôtel à une vue sur le port et il propose de délicieux plats fait 

maison. 

Le parking et le Wi-Fi est gratuit.


Après deux journées de visite de cette superbe île, nous sommes partis en direction de l'île de Borðoy. Direction de la petite ville de Leirvik pour prendre le tunnel sous-marin Norðoyatunnilin, reliant Leivík à Klaksvík. Long de 6 300 m, il descend à une profondeur de 150 mètres au-dessous du niveau de la mer. (Tunnel payant)


Île de Borðoy :


Située dans le Nord-Est de l'archipel, elle est d'une superficie de 95 km² et peuplée d'environ 

5 000 habitants. Elle compte sept villes et villages, dont la ville de Klalsvík qui est la deuxième 

plus grande de l'archipel ainsi que trois villages abandonnés au Nord. 



Ville de Klaksvík

Cette jolie ville coincée entre l'isthme de deux baies se trouvant dos à dos est entourées de montagnes. La première implantation à Klaksvík date du temps des Vikings, mais ce n'est pas avant le XXe siècle que différentes agglomérations se mêlent pour former une grande ville moderne qui est devenue le centre culturel et commercial des Îles du Nord et des îles Féroé. De nos jours, elle dispose d'installations portuaires importantes avec une industrie de pêche et une flotte de pêche moderne. La majorité des habitants de l'île vivent à Klaksvík.









Nous avons dormi deux nuits à l'Hôtel Klaksvík, le seul hôtel de la ville. 

Hôtel est simple, confortable et propre. Pas de restauration possible sauf pour le 

petit déjeuner. Comme beaucoup d'hôtel aux Îles Féroé, il n'y a pas d'ascenseur. 


Comme il n'y a pas grand-chose à voir sur l'île à part de superbes paysages, nous 

avons décidé de traverser l'île pour aller jusqu'à l'île de Viðoy. 


Île de Viðoy


Cette île de 41 km² est la plus septentrionale des îles de l'archipel des Féroé située à l'Est 

de Borðoy dont elle n'est séparée au plus près que de quelques dizaines de mètres. Ces deux 

îles sont reliées depuis 1975 par une route édifiée sur une levée de terre. Il n'y a qu'une seule 

route, la 70, en forme de boucle qui part du village de Hvannasund et vous emmène jusqu'au 

petit village de Viðareiði. Ce sont les deux seuls villages de l'île.

Au Nord, le mont Villingdalsfjall culmine à 844 mètres d'altitude. Il s'agit du plus haut sommet 

du Nord des îles Féroé et le troisième de toutes les îles Féroé. La côte Nord est dominée par 

le Cap Enniberg, la deuxième falaise la plus haute d'Europe, à 754 mètres. 



Village de Viðareiði

Ce village est le plus au Nord des Îles Féroé. Perchée sur une falaise ouverte sur 

un océan d’un calme impérial, la petite église toute blanche du village semble 

veiller sur le Fjord et guetter le retour des marins du village. Viðareiði est aussi un 

point de départ d'une vaste zone de randonnées.


Nous sommes rentrés à Klaksvík pour y passer la nuit mais avant nous avons bifurqué pour prendre la route N° 71 en direction de l'île de Kunoy. 


Île de Kunoy


Cette île d'une superficie de 35,5 km² n'a qu'un seul village habité, le village de Kunoy avec 

une centaine d'habitants. 

Il se situe sur le côté Ouest de l'île. Pour y accéder, un tunnel le relie depuis 1988 au village 

d'Haraldssund sur l'île de Viðoy.

Il existe également un village abandonné, le village de Skarð sur la côte Est. Il fut abandonné 

en 1913 après que sept hommes, c'est-à-dire l'ensemble de la population masculine du 

village excepté un septuagénaire et un adolescent de quatorze ans, périrent en mer. 










Le lendemain, nous sommes partis découvrir l'île de Kalsoy.


Île de Kalsoy : Littéralement l'île des hommes


D'une superficie de 31 km², elle ne possède que quatre villages lesquels sont tous implantés 

sur la côte Est de l'île. Ils sont reliés entre eux par une succession de tunnels, dont le dernier 

fut achevé en 1986. Un peu plus de 150 personnes vivent à l'année sur l'île. 

Elle est surnommée, en raison de sa forme et de ses tunnels, la flûte. Au point le plus 

septentrional de l'île, au lieu-dit Kallur, se trouve un phare. 

Pour accéder à l'île, nous avons pris le ferry de 10 h au départ de Klaksvík sur l'île de Borðoy. 

Après 20 mn de navigation nous sommes arrivés au port de Syðradalur sur l'île de Kalsoy. 

 

                                                                                Lien pour le ferry


Nous voilà partis à la découverte de cette île qui possède une seule route avec quatre tunnels à une voie sans lumière à l’intérieur. Ce n'était pas nos premiers tunnels mais c'est toujours impressionnant... 

C’est une expérience à vivre ! Pensez à mettre vos phares, entrez, roulez et tout devrait bien se passer.


















Village de Mikladalur

Ce village est le plus grand des quatre villages de l'île. Son nom veut dire “grande vallée“. Il est connu pour sa statue de la Selkie crée pour honorer la légende de Kópakonan. 


---------------------------------------


La légende de Kópakonan : La population croyait que les phoques étaient d'anciens humains qui s'étaient volontairement donnés la mort dans l'océan. Une fois par an, la treizième nuit, ils étaient autorisés à sortir de l'eau et à venir sur la terre ferme. Ils enlevaient leur peau de phoque et nus, ils s'amusaient en dansant toute la nuit comme des êtres humains. 

Un jeune agriculteur du village, se demandant si cette histoire était vraie, est allé guetter sur la plage ce fameux soir. Il regarda et vit les phoques arriver en grand nombre et nager vers le rivage. Ils grimpèrent sur la plage, se débarrassèrent de leurs peaux et les déposèrent soigneusement sur les rochers. Dépouillés de leur peau, ils ressemblaient à des gens normaux. Le jeune garçon admira une superbe fille-phoque déposant sa peau près de l'endroit où il se cachait, il se faufila et la déroba. Les danses et les jeux ont duré toute la nuit, mais dès que le soleil a commencé à poindre au-dessus de l'horizon, tous les phoques sont venus récupérer leurs peaux pour retourner dans l'océan. La fille-phoque chercha sa peau désespérément, mais le jeune homme refusa de lui rendre, malgré ses supplications désespérées. Elle fut obligée de l'accompagner jusqu'à sa ferme, sans la peau, elle était incapable de retourner dans la mer.











Une statue en bronze et en acier inoxydable de 2,70 m, créée par Hans Pauli Olsen, a été installée dans le port de Mikladalur le 1er août 2014. Elle pèse 450 kg et est posée sur un rocher au bord de l'eau. 


Elle resta avec lui pendant de nombreuses années, et lui donna plusieurs beaux enfants. Pour la garder, il devait toujours s'assurer qu'elle n'avait pas accès à sa peau. Il l'avait enfermée dans un coffre dont lui seul avait la clef, clef qu'il gardait en permanence sur une chaîne attachée à sa ceinture.


Un jour, alors qu'il pêchait en mer avec ses compagnons, il s'est rendu compte qu'il avait laissé la clé à la maison. Il annonça à ses compagnons : “Aujourd'hui, je vais perdre ma femme !

Ils retournèrent sur le rivage aussi vite qu'ils pouvaient, mais lorsqu'ils arrivèrent à la ferme, ils ne trouvèrent que les enfants seuls sans leur mère. Leur père savait qu'elle ne reviendrait pas et qu'il ne la reverrait jamais. 


La femme-phoque, une fois arrivée sur le rivage, avait mis sa peau de phoque et avait plongé dans l'eau, où un grand

phoque, qui l'avait aimé des années auparavant et qui l'attendait toujours, surgit à côté d'elle. 

Et ainsi les années passèrent sans qu'il ne revît sa femme. 


Un jour, les hommes du village de Mikladalur prévoyaient de pénétrer profondément dans l’une des cavernes le long 

de la côte pour chasser les phoques qui y vivaient. La veille de leur départ, la femme-phoque est apparue dans un rêve de l'agriculteur et lui dit : “Si tu pars à la chasse au phoque dans la caverne, tu dois t’assurer que personne ne tue le grand phoque car c'est mon mari. Ils ne doivent pas non plus toucher aux deux bébés phoques au fond de la grotte, car se sont mes deux jeunes fils.“ 

Elle décrivit leur peau pour qu’il les reconnaisse. Mais en se réveillant, l’agriculteur n’a pas tenu compte de son rêve. Il a rejoint les autres à la chasse et ils ont tué tous les phoques qu'ils ont trouvé. Rentrés chez eux, toutes les prises ont été réparties à part égales aux différents chasseurs. 


Le soir, lorsque la tête du grand phoque et les membres des petits avaient été cuits pour le dîner, il y eut un grand fracas dans le fumoir, et la femme/phoque apparut sous la forme d’un troll terrifiant. Elle renifla la nourriture dans les auges et cria la malédiction : “Voici la tête de mon mari avec ses larges narines, la main de Hárek et le pied de Fredrik ! Maintenant, il y aura vengeance, vengeance contre les hommes de Mikladalur. Certains mourront en mer et d’autres tomberont des sommets des montagnes, jusqu’à ce qu’il y ait autant de morts que possible pour lier leurs mains tout autour des rives de l’île de Kalsoy !


Quand elle eut fini de prononcer ces mots, elle disparut avec un grand coup de tonnerre et ne fut plus jamais vue. Mais encore aujourd’hui, hélas, il arrive de temps en temps que des hommes du village de Mikladalur se noient en mer ou tombent du haut des falaises. Il faut donc craindre que le nombre des victimes ne soit pas encore assez pour que tous ces morts puissent joindre leurs mains et entourer l’île de Kalsoy.


---------------------------------------


Après avoir admirer la statue de la femme-phoque, nous avons repris la route en direction du dernier village tout au Nord de l'île, le village de Trøllanes. 


Village de Trøllanes

Le village est le point de départ d'une superbe randonnée qui va jusqu’au phare de Kalsoy. Il faut environ 45 minutes pour atteindre le sommet et le phare. La randonnée est plutôt facile mais peut parfois se révéler très glissante par endroit suivant la météo. Malheureusement pour nous, ce jour-là, il ne faisait pas beau du tout et lorsque nous sommes arrivés au village, il a commencé à pluvioter. Du coup, nous n'y sommes pas allés. 










Nous sommes rentrés tranquillement jusqu'au port pour reprendre le ferry. 


Le lendemain, c'était notre dernière journée sur l'archipel des Îles Féroé. Nous sommes retournés vadrouiller sur l'île 

d'Eysturoy revoir les sites que nous avions le plus aimé. 


Nos vacances étaient terminées, nous sommes rentrés en France des images et des souvenirs de paysages plein les yeux. 







Conclusion : Si vous cherchez une destination originale et loin des sentiers battus, c'est l'endroit rêvé. Facile et idéal pour un road trip, nous avons passé d'excellentes vacances au pays des légendes nordiques. Une vraie évasion pour un voyage unique dans une nature intacte et sauvage. 

Les Îles Féroé sont aussi un véritable paradis pour les randonneurs et les photographes. 

N'oubliez pas que c'est climat est de type océanique, le ciel est très capricieux et le temps change vite, amenant des averses qui alternent avec de belles éclaircies au cours de la journée. 

Même en été, les températures auront du mal à franchir les 12°C. Pensez toujours à avoir avec vous une polaire et un K-Ways. 


Carte de notre périple













——————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Pour passer d'îles en îles, il y a un excellent réseau de liaisons internes constitué de routes, ponts, tunnels terrestres  et tunnels sous-marins. Deux tunnels sous-marins ont un péage.
C'est la troisième île par sa taille, 176 km², derrière Streymoy et Eysturoy.  Elle est divisée en deux communes, Sørvágs à l'Ouest et Vága à l'Est. On y trouve six villages, les plus grands étant Miðvágur, Sandavágur et Sørvágur et les plus modestes (moins de 100 habitants) Gásadalur, Bøur et Vatnsoyrar.  Il y a aussi deux lacs dont le fameux lac Sørvágsvatn que l'on voit dans beaucoup de reportages.
Nous avons séjourné deux nuits à l'hôtel Vagar face à l'aéroport. Les chambres étaient petites mais propres et fonctionnelles. Les petits déjeuners étaient bons et nous avons dîné chaque nuit dans le  restaurant de l'hôtel. Demandez les chambres avec vue sur la piste, c'est plus  sympa et la nuit, il n'y a pas de trafic aérien.
Lorsque vous sortez du fjord Sørvágsfjørður, le bateau longe les extraordinaires rochers de Tindhólmur.
Lorsque vous sortez du fjord Sørvágsfjørður, le bateau longe les extraordinaires rochers de Tindhólmur, Skerhólmur et Gáshólmur. Le spectacle est saisissant.
Lorsque vous sortez du fjord Sørvágsfjørður, le bateau longe les extraordinaires rochers de Tindhólmur, Skerhólmur et Gáshólmur. Le spectacle est saisissant.
Cette un petite île de 10,3 km² ne possède qu'un seul village où réside en  permanence une douzaine de personnes. Elle se trouve à l'ouest de l'île de Vágar,  ce qui la rend la plus occidentale d'Europe.
Pour passer de île de Vágar à l'île de Streymoy, vous prendrez la route N° 11et vous  emprunterez votre premier tunnel sous-marin, le Vágatunneilin. Long de 4 940 m, pour  l'instant, c'est le deuxième plus long de l'archipel après le Norðoyatunnilin (6 300 m). Ils sont en train de construire un méga tunnel sous-marin long de 11 000 m. Il relira l'île de  Streymoy à l'île de Eysturoy. Il sera terminé en 2021. Un autre projet pharaonique de  tunnel sous-marin est en projet. Long de 22 500 m, il relira l'île de Sandoy à l'île de  Suðuroy. Un chantier qui durerait normalement 8 ans.
C'est l'île la plus méridionale de l'archipel. Avec ses 163,7 km², elle est habitée par environ 13 000 habitants.
C'est l'île la plus méridionale de l'archipel. Avec ses 163,7 km², elle est habitée par  environ 13 000 habitants répartis dans plusieurs villages. Son rivage est varié,  souvent occupé par de hautes falaises et découpé de plusieurs fjords.
C'est l'île la plus méridionale de l'archipel. Avec ses 163,7 km², elle est habitée par  environ 13 000 habitants répartis dans plusieurs villages. Son rivage est varié,  souvent occupé par de hautes falaises et découpé de plusieurs fjords.
C'est l'île la plus méridionale de l'archipel. Avec ses 163,7 km², elle est habitée par  environ 13 000 habitants répartis dans plusieurs villages. Son rivage est varié,  souvent occupé par de hautes falaises et découpé de plusieurs fjords.
C'est un hôtel sans prétention. Les chambres sont petites et propres.  Hôtel familial, nous avons été bien accueillis. Il n'y a pas d'ascenseur et les  chambres sont en étage. Bien placé, il se trouve en plein centre-ville.  Il y a un petit parking gratuit.
Il faut aller jusqu'à Vágseiði pour admirer Skúvanes, les falaises de Vágur. Hautes de 200 m, elles semblent être posées là fièrement, affrontant des vagues souvent déchainées.  Il y a un petit port naturel, sans jetée appelé Kleivin. De nos jour, il n'est plus utilisé, mais au 19ème et au début du  20ème siècle, c'était un port très fréquenté par des bateaux de pêche. Juste une route en béton montre son accès.
Il faut aller jusqu'à Vágseiði pour admirer Skúvanes, les falaises de Vágur. Hautes de 200 m, elles semblent être posées là fièrement, affrontant des vagues souvent déchainées.  Il y a un petit port naturel, sans jetée appelé Kleivin. De nos jour, il n'est plus utilisé, mais au 19ème et au début du  20ème siècle, c'était un port très fréquenté par des bateaux de pêche. Juste une route en béton montre son accès.
Il faut aller jusqu'à Vágseiði pour admirer Skúvanes, les falaises de Vágur. Hautes de 200 m, elles semblent être  posées là fièrement, affrontant des vagues souvent déchainées.  Il y a un petit port naturel, sans jetée appelé Kleivin. De nos jour, il n'est plus utilisé, mais au 19ème et au début du 20ème siècle, c'était un port très fréquenté par des bateaux de pêche. Juste une route en béton montre son accès.
Puis nous avons pris la route en direction du petit village de Sumba, tout au Sud de l'île jusqu'à son cul de sac pour aller voir le phare de Akraberg.
Le paysage est splendide. Cette langue de terre de plus en plus étroite s'avance dans l'océan et finit par une falaise d'une quarantaine de mètres surmontée d'un phare blanc au toit rouge. Le lieu est magique, surtout que nous avions un temps superbe avec un ciel magnifiquement bleu.
Le paysage est splendide. Cette langue de terre de plus en plus étroite s'avance dans l'océan et finit par une falaise d'une quarantaine de mètres surmontée d'un phare blanc au toit rouge. Le lieu est magique, surtout que nous avions un temps superbe avec un ciel magnifiquement bleu.
Le paysage est splendide. Cette langue de terre de plus en plus étroite s'avance dans l'océan et finit par une falaise d'une quarantaine de mètres surmontée d'un phare blanc au toit rouge. Le lieu est magique, surtout que nous avions un temps superbe avec un ciel magnifiquement bleu.
Ce serait le plus vieux village de l'île de Suðuroy. La légende raconte qu'un roi danois, Frode, aurait fondé ce village et le nom du village viendrait de là. Le village s'appelait auparavant Froðebøur, ce qui signifie le « champ de Frode ».  Le nom a ensuite dérivé vers Froðba.
Ce serait le plus vieux village de l'île de Suðuroy. La légende raconte qu'un roi danois, Frode, aurait fondé ce village et le nom du village viendrait de là. Le village s'appelait auparavant Froðebøur, ce qui signifie le « champ de Frode ».  Le nom a ensuite dérivé vers Froðba.
Avec ses 100 hectares, c'est la plus petite île des 18 îles Féroé. Elle est a toujours été inhabitée, car elle est pentue et très difficile à gravir.  Au sommet se trouve un petit plateau sous couvert par des nuages. Les moutons sont ici au nombre de 270 et les oiseaux, notamment les macareux, sont très nombreux.
D'une superficie de 373 km², c'est la plus grande île de l'archipel. L'île est habitée par environ 22 000 habitants et la majorité de la population se trouve à Tórshavn, la capitale du  pays, située à la pointe Sud de l’île.  Le nom de l’île Streymoy signifie Île du courant. Ce nom lui a été donné en référence au courant qui sévit dans l’étroit chenal maritime séparant Streymoy de l’île voisine d'Esturoy  et qui peut aller jusqu’à 12 nœuds (22 km/h) et qui change régulièrement de sens.
Allez jusqu'au phare de Skansin qui est situé sur la colline à côté du port de Tórshavn.  Il surplombe un ancien fort construit en 1580 par Magnus Heinason pour se protéger contre les raids de pirates de la ville. Cet emplacement stratégique du fort offre des vues pittoresques sur le port de Tórshavn, le paysage environnant et des vues sur l'île de Nólsoy.
Allez jusqu'au phare de Skansin qui est situé sur la colline à côté du port de Tórshavn.  Il surplombe un ancien fort construit en 1580 par Magnus Heinason pour se protéger contre les raids de pirates de la ville. Cet emplacement stratégique du fort offre des vues pittoresques sur le port de Tórshavn, le paysage environnant et des vues sur l'île de Nólsoy.
Allez jusqu'au phare de Skansin qui est situé sur la colline à côté du port de Tórshavn.  Il surplombe un ancien fort construit en 1580 par Magnus Heinason pour se protéger contre les raids de pirates de la ville. Cet emplacement stratégique du fort offre des vues pittoresques sur le port de Tórshavn, le paysage environnant et des vues sur l'île de Nólsoy.
La Kirkjubøargarður, la plus  ancienne maison de bois au monde à être toujours habitée, qui remonte au XIe siècle. On peut en visiter une partie et si il n'y a personne, soulevez le loquet,  déposez votre aumône pour la conservation du lieu et visitez tranquillement.
Ce petit village aux maisons noires et aux toits de gazon est situé au Sud de l'île. Au Moyen Âge, il était le siège de l'ancien diocèse des îles Féroé. Une grande partie du patrimoine médiéval des îles Féroé se trouve à Kirkjubøur, notamment ; la cathédrale Saint-Magnus dont seulement les murs ont résisté au temps, l'église Saint-Olav, toute blanche entourée d'un petit cimetière qui date du XIIe siècle et la Kirkjubøargarður, la plus  ancienne maison de bois au monde à être toujours habitée, qui remonte au XIe siècle.
Ce petit village aux maisons noires et aux toits de gazon est situé au Sud de l'île. Au Moyen Âge, il était le siège de l'ancien diocèse des îles Féroé. Une grande partie du patrimoine médiéval des îles Féroé se trouve à Kirkjubøur, notamment ; la cathédrale Saint-Magnus dont seulement les murs ont résisté au temps, l'église Saint-Olav, toute blanche entourée d'un petit cimetière qui date du XIIe siècle et la Kirkjubøargarður, la plus  ancienne maison de bois au monde à être toujours habitée, qui remonte au XIe siècle.
Ce petit village aux maisons noires et aux toits de gazon est situé au Sud de l'île. Au Moyen Âge, il était le siège de l'ancien diocèse des îles Féroé. Une grande partie du patrimoine médiéval des îles Féroé se trouve à Kirkjubøur, notamment ; la cathédrale Saint-Magnus dont seulement les murs ont résisté au temps, l'église Saint-Olav, toute blanche entourée d'un petit cimetière qui date du XIIe siècle et la Kirkjubøargarður, la plus  ancienne maison de bois au monde à être toujours habitée, qui remonte au XIe siècle.
Ce village se trouve au fond de ce qui était une anse de mer, entourée de hautes montagnes. L’entrée formait un port naturel profond, jusqu’à ce qu’une tempête le bloque avec du sable. Splendidement situé dans un amphithéâtre circulaire naturel, Saksun est un village à flanc de colline merveilleusement isolé et est l’une des destinations les plus intéressantes des îles Féroé. Notre coup de cœur...
Ce village se trouve au fond de ce qui était une anse de mer, entourée de hautes montagnes. L’entrée formait un port naturel profond, jusqu’à ce qu’une tempête le bloque avec du sable. Splendidement situé dans un amphithéâtre circulaire naturel, Saksun est un village à flanc de colline merveilleusement isolé et est l’une des destinations les plus intéressantes des îles Féroé. Notre coup de cœur...
Ce village se trouve au fond de ce qui était une anse de mer, entourée de hautes montagnes. L’entrée formait un port naturel profond, jusqu’à ce qu’une tempête le bloque avec du sable. Splendidement situé dans un amphithéâtre circulaire naturel, Saksun est un village à flanc de colline merveilleusement isolé et est l’une des destinations les plus intéressantes des îles Féroé. Notre coup de cœur...
Il se situe sur les hauteurs de  la ville et offre une superbe vue sur le port et la mer. Le service est discret et serviable et l'établissement est calme. Les chambres avec vue sur la ville sont de taille très convenables, confortables et propres.  Le buffet du petit déjeuner est copieux et le restaurant propose aussi un buffet exceptionnel le soir, un vrai régal.
Avec ses 286,3 km², c'est la deuxième plus grande île de l'archipel des Féroé. Il y a un peu plus d'une trentaine de villes et villages sur l'île.
On dit que le premier viking qui s'installa aux îles Féroé s'installa ici. Son nom est Grímur Kamban. Il s'est installé là vers l'an 800. Environ 70 personnes vivent dans ce petit village au bord d'une jolie baie et coupé en deux par un ruisseau en cascade. L'église en bois au toit de gazon date de 1847 et se dresse au bord de l'eau.  À l'ouest du village s'élève la plus haute montagne des îles Féroé, Slættaratindur (880 m), cependant, le sommet lui-même n'est pas visible depuis le village.
On dit que le premier viking qui s'installa aux îles Féroé s'installa ici. Son nom est Grímur Kamban. Il s'est installé là vers l'an 800. Environ 70 personnes vivent dans ce petit village au bord d'une jolie baie et coupé en deux par un ruisseau en cascade. L'église en bois au toit de gazon date de 1847 et se dresse au bord de l'eau.  À l'ouest du village s'élève la plus haute montagne des îles Féroé, Slættaratindur (880 m), cependant, le sommet lui-même n'est pas visible depuis le village.
On dit que le premier viking qui s'installa aux îles Féroé s'installa ici. Son nom est Grímur Kamban. Il s'est installé là vers l'an 800. Environ 70 personnes vivent dans ce petit village au bord d'une jolie baie et coupé en deux par un ruisseau en cascade. L'église en bois au toit de gazon date de 1847 et se dresse au bord de l'eau.  À l'ouest du village s'élève la plus haute montagne des îles Féroé, Slættaratindur (880 m), cependant, le sommet lui-même n'est pas visible depuis le village.
Ce petit village qui a une population de 23 habitants est séparé en deux parties par la petite rivière. Son église a été construite en 1952. Le village fait face à l'île de Kalsoy.
Ce petit village qui a une population de 23 habitants est séparé en deux parties par la petite rivière. Son église a été construite en 1952. Le village fait face à l'île de Kalsoy.
Ce petit village qui a une population de 23 habitants est séparé en deux parties par la petite rivière. Son église a été construite en 1952. Le village fait face à l'île de Kalsoy.
Il y a bien longtemps, un fermier d'Elduvik, appelé Anfinnur, a fait la rencontre avec une bête étrange nommé Marmennil. C'était un petit être à l'apparence humaine avec un corp de  poisson et de longs doits qui vivait au fond de l'océan. Ce petit malin, taquinait les pécheurs en mangeant leurs appâts puis il accrochait les hameçons au fond de la mer  pour que les pécheurs finissent par casser leur ligne en essayant de remonter celle-ci à la  surface. Un jour, l'hameçon du fermer Anfinnur se fixa dans la main de Marnennil et en tirant, il remonta le petit être jusque sur le bateau. En voyant cette bête, ses compagnons  de pêche firent le signe de croix. Ils ramenèrent Marnennil jusqu'au port et le dardèrent avec eux.  À chaque sortie en mer, la bête les accompagnait et ils faisaient...
Le village n'a rien d'exceptionnel mais le lieu est connu dans la région pour la présence de deux Rinkusteinar (pierre branlante) situées au bord de l'océan près du village.   La légende locale raconte que la sorcière du village aurait maudit et changé en pierre deux navires de pirates vikings ayant mis à sac Oyndarfjørður. Ces deux  grosses pierres bougeant aujourd'hui au gré du vent et des marées.
Important port de pêche, c'est la plus grande ville de l'île, elle compte plus de 3 700 habitants.  La ville est idéalement située pour partir à la découverte de toute l'île.
En plein centre-ville, dans la rue principale, cet hôtel est très bien placé.  Les chambres sont confortables et spacieuses. Les salles de bain auraient besoin d'être rafraichies mais le point positif est que l'eau chaude coule à flot.  Le restaurant de l'hôtel à une vue sur le port et il propose de délicieux plats fait maison.  Le parking et le Wi-Fi est gratuit.
Située dans le Nord-Est de l'archipel, elle est d'une superficie de 95 km² et peuplée d'environ  5 000 habitants. Elle compte sept villes et villages, dont la ville de Klalsvík qui est la deuxième  plus grande de l'archipel ainsi que trois villages abandonnés au Nord.
Cette jolie ville coincée entre l'isthme de deux baies se trouvant dos à dos est entourées de montagnes. La première implantation à Klaksvík date du temps des Vikings, mais ce n'est pas avant le XXe siècle que différentes agglomérations se mêlent pour former une grande ville moderne qui est devenue le centre culturel et commercial des Îles du Nord et des îles Féroé. De nos jours, elle dispose d'installations portuaires importantes avec une industrie de pêche et une flotte de pêche moderne. La majorité des habitants de l'île vivent à Klalsvík.
Cette jolie ville coincée entre l'isthme de deux baies se trouvant dos à dos est entourées de montagnes. La première implantation à Klaksvík date du temps des Vikings, mais ce n'est pas avant le XXe siècle que différentes agglomérations se mêlent pour former une grande ville moderne qui est devenue le centre culturel et commercial des Îles du Nord et des îles Féroé. De nos jours, elle dispose d'installations portuaires importantes avec une industrie de pêche et une flotte de pêche moderne. La majorité des habitants de l'île vivent à Klalsvík.
Cette jolie ville coincée entre l'isthme de deux baies se trouvant dos à dos est entourées de montagnes. La première implantation à Klaksvík date du temps des Vikings, mais ce n'est pas avant le XXe siècle que différentes agglomérations se mêlent pour former une grande ville moderne qui est devenue le centre culturel et commercial des Îles du Nord et des îles Féroé. De nos jours, elle dispose d'installations portuaires importantes avec une industrie de pêche et une flotte de pêche moderne. La majorité des habitants de l'île vivent à Klalsvík.
Hôtel est simple, confortable et propre. Pas de restauration possible sauf pour le petit déjeuner. Comme beaucoup d'hôtel aux Îles Féroé, il n'y a pas d'ascenseur.
Cette île de 41 km² est la plus septentrionale des îles de l'archipel des Féroé située à l'Est  de Borðoy dont elle n'est séparé au plus près que de quelques dizaines de mètres. Ces deux  îles sont reliées depuis 1975 par une route édifiée sur une levée de terre. Il n'y a qu'une seule route, la 70, en forme de boucle qui part du village de Hvannasund et vous emmène jusqu'au  petit village de Viðareiði. Ce sont les deux seuls villages de l'île.
Perchée sur une falaise ouverte sur  un océan d’un calme impérial, la petite église toute blanche du village semble  veiller sur le Fjord et guetter le retour des marins du village. Viðareiði est aussi un point de départ d'une vaste zone de randonnées.
Cette île d'une superficie de 35,5 km² n'a qu'un seul village habité, le village de Kunoy avec  une centaine d'habitants.  Il se situe sur le côté Ouest de l'île. Pour y accéder, un tunnel le relie depuis 1988 au village  d'Haraldssund sur l'île de Viðoy. Il existe également un village abandonné, le village de Skarð sur la côte Est. Il fut abandonné  en 1913 après que sept hommes, c'est-à-dire l'ensemble de la population masculine du  village excepté un septuagénaire et un adolescent de quatorze ans, périrent en mer.
Cette île d'une superficie de 35,5 km² n'a qu'un seul village habité, le village de Kunoy avec  une centaine d'habitants.
D'une superficie de 31 km², elle ne possède que quatre villages lesquels sont tous implantés  sur la côte Est de l'île, sont reliés entre eux par une succession de tunnels, dont le dernier fut  achevé en 1986. Il a environ un peu plus de 150 personnes vivant à l'année sur l'île.  L'île est surnommée, en raison de sa forme et de ses tunnels, la flûte.
Ce village est le plus grand des quatre villages de l'île. Son nom veut dire “grande vallée“. Il est connu pour sa statue de la Selkie crée pour honorer la légende de Kópakonan.
Ce village est le plus grand des quatre villages de l'île. Son nom veut dire “grande vallée“. Il est connu pour sa statue de la Selkie crée pour honorer la légende de Kópakonan.
Ce village est le plus grand des quatre villages de l'île. Son nom veut dire “grande vallée“. Il est connu pour sa statue de la Selkie crée pour honorer la légende de Kópakonan.
Le village est le point de départ d'une superbe randonnée qui va jusqu’au phare de Kalsoy. Il faut environ 45 minutes pour atteindre le sommet et le phare. La randonnée est plutôt facile mais peut parfois se révéler très glissante par endroit suivant la météo. Malheureusement pour nous, ce jour-là, il ne faisait pas beau du tout et lorsque nous sommes arrivés au village, il a commencé à pluvioter. Du coup, nous n'y sommes pas allés.
Si vous cherchez une destination originale et loin des sentiers battus, c'est l'endroit rêvé. Facile et idéal pour un road trip, nous avons passé d'excellentes vacances au pays des légendes nordiques. Une vraie évasion pour un voyage unique dans une nature intacte et sauvage.  Les Îles Féroé sont aussi un véritable paradis pour les randonneurs et les photographes.  N'oubliez pas que c'est climat est de type océanique, le ciel est très capricieux et le temps change vite, amenant des averses qui alternent avec de belles éclaircies au cours de la journée.  Même en été, les températures auront du mal à franchir les 12°C. Pensez toujours à avoir avec vous une polaire et un K-Ways.


© Textes et photographies : Stéphane Campagne/All rights reserved. 

Le contenu de ce site est protégé par le droit d’auteur, toute reproduction totale ou partielle est interdite







A PROPOS  -  CONTACT    

Copyright © / TOUS DROITS RÉSERVÉS   -   BLOG PHOTOS/VOYAGE    -  MENTIONS LÉGALES 

Facebook
OK

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.